img978

Numéro spécial Isaac Asimov !

Cory Doctorow ouvre le bal avec Les Robots, une nouvelle qui se moque des trois lois de la robotique et démontre son inventivité en matière de contournement de systèmes de sécurité. Une nouvelle assez agréable mais qui va peut être trop loin dans le défoulement au bout d'un moment la suspension d'incrédulité souffre.

Suivent deux nouvelles d'Asimov, Quel dommage et Les visions du robot. La première n'est pas extraordinaire tandis que la seconde un peu ironique est amusante, sans plus.

Le dossier consacré au maître est une véritable douche écossaise. Francis Valéry dynamite le monument, Philippe Hupp dresse un portrait peu enthousiasmant, avant de laisser la parole à Asimov sur ces robots. Robots que Bertrand Bonnet a relu dans son intégralité, peut être pas une bonne idée de se taper deux omnibus de nouvelles à la suite. Visiblement il y a eu overdose au style épuré et aux défauts récurents de l'auteur. Critique pas nouvelle, vu qu'il y a répondu de son vivant dans un texte présent en fin de dossier.  Avant toutefois la parole lui sera encore donnée sur la psychohistoire, texte complété par Eric Picholle qui revient sur la construction du cycle.

Long intermède avec Xavier Mauméjean qui présente les activités du maître dans le domaine du polar, un article sympathique et solide. Avant de clôturer sur un guide de lecture et l'article d'Asimov évoqué plus haut.

Le dossier peut sembler sans concession mais à la relecture, il est difficile de donner tort à Francis Valéry qui ne voit pas grand chose de bon dans l'oeuvre d'Asimov passé les années soixante.

Roland Lehoucq de son côté profite du dossier pour détailler les sciences s'approchant de la psychohistoire et leur histoires. Un texte un peu ardu pour le néophyte.

A tout cela s'ajoute le cahier critique et les news.

Un numéro qui donne des airs de coups de pied dans la fourmilière mais force de constater que les critiques sont fondées, les oeuvres importantes sont mises en avant de même que l'égo démesuré du docteur...