img979

Quelques révolutions ont passés depuis La quête du dragon, Jaxom a grandit et est en âge de prendre les rênes du Fort de Ruatha. Reste le problème de Ruth, l'improbable petit dragon à qui il a conféré l'empreinte à la surprise générale. La petite créature atypique a survécu contrairement aux attentes des puissants. Un chevalier dragon peut il diriger un Fort ? Un Seigneur peut il combattre les Fils ? Jaxom devra s'affirmer et prendre en main son destin.

- Vous êtes plusieurs personnages en un seul, Jaxom, poursuivit-elle avec sérieux. Le Seigneur incontesté d'un Fort, le maître d'un dragon unique, et un jeune homme qui ne sait pas très bien qui ou ce qu'il est. Mais vous pouvez être tous ces personnages à la fois, vous savez, sans vous trahir vous-même.

Le continent méridional est redécouvert, un nouvel horizon s'offre aux populations de Pern. L'occasion de faire entrer en scène Toric, le pionnier du Sud qui n'entend pas se faire déposséder par le Nord après tant de révolutions à lutter sans appui. Sans être spécialement hostile, il sera l'obstacle le plus difficile à surmonter pour les protagonistes de ce récit.

Jusque-là, l'audace de Toric enchantait Robinton. Le Harpiste avait réussi à lui faire demander ce dont le Nord avait le plus besoin - un but pour les individus compétents qui n'avaient aucune chance de gouverner un Fort dans le Nord. Les manières du grand Méridional étaient une agréable surprise pour les Chefs du Weyr de Benden : ni serviles ni agressives. N'ayant personne pour l'épauler, ni chevaliers-dragons, ni Atelier, ni Seigneurs, il était devenu indépendant. Parce qu'il avait survécu, il avait de l'assurance, il savait ce qu'il voulait et comment l'obtenir. Il s'adressait à F'lar et Lessa en égal.

L'intrigue de ce tome est plus paisible, les forces du changement l'ont emportés et travaille en harmonie. Les crises qui se manifesteront seront limitées dans le temps ou par le nombre de personnes impliquées, baroud d'honneur des derniers meneurs des Anciens, maladies de personnages clés, querelles de territoires... L'ambiance est au triomphe des bonnes volontés et ce parfois de façon quelque peu lassante (la  construction du nouvel Atelier des Harpistes dans le sud surtout)...

Moins prenant que les deux tomes précédents, Le dragon blanc se laisse lire toutefois sans déplaisir grâce à la construction du personnage de Jaxom qui prend peu à peu, au fil des pages, de l'ampleur. Faisant de ce roman, un récit initiatique sympathique sans être particulièrement mémorable. A noter que les personnages du cycle des Harpistes font irruption dans ce tome sans être particulièrement présenté, ce qui est un peu déstabilisant lors de leur première apparition.

J'arrêterai ma relecture du cycle contemporain de Pern à ce tome ci, n'ayant absolument pas été convaincu par les romans suivants qui concluent cette époque. A mon sens mieux vaut s'arrêter à ce tome ci, mes prochaines lectures sur Pern se situeront dans son passé.

 

L'avis de Calenwen.

Une relecture effectuée dans le cadre du Challenge Anne McCaffrey.

challenge_mccaffrey