Les lectures d'Efelle

29 juillet 2017

La cité du futur de Robert Charles Wilson

img778

1876, Jesse Cullum travaille, en tant que vigile, à Futurity, la cité batit par des visiteurs du XXIeme siècle dans l'Illinois. Ces derniers ne viennent pas vraiment du futur mais de celui d'un univers parallèle proche... D'où la visite et l'installation sans complexe dans ce passé ressemblant au leur pour y implanter, pour une courte période, une industrie touristique temporelle. Les riches visiteurs du futur venant constaté la fin du Far West.

Aussi bien rodé soit-elle cette industrie ne se fait pas sans opposants ou parasites, Jesse promu pour avoir sauver une personnalité de son époque d'un attentat à Futurity, devra enquêter sur les trafics qui prospèrent autour du site, des visiteurs du futur désirant devenir résident permanent et des idéalistes décidés à changer le futur de ce monde pour lui éviter les horreurs de leur passé...

Pas franchement accepté par ses collègues du futur et s'éloignant de ses congénères de 1876, Jesse devra gérer sa solitude et les fantomes de son propre passé.

- J'aime mieux danser avec toi que ne pas danser du tout. Je n'ai pas envie d'être seule quand les douze coups vont sonner. Danse avec moi, Jesse, juste ce soir. Tu me dois bien ça.

Sur l'horloge, les minutes se changèrent en secondes, aujourd'hui devint hier. La frontière entre le passé et le futur s'appelle le présent, songea Jesse. C'était là qu'il vivait. C'était là que tout le monde vivait. Il la prit dans ses bras et se mit à danser.

Bien que solitaire, Jesse se liera toutefois avec Elizabeth, une agent de sécurité du XXIeme siècle, des liens forger dans l'adversité et qui survivront à l'absence pour quelques mois de celle-ci, retournée en vacances dans son époque.

- Quand tu seras rentrée, je serai mort depuis longtemps. Exactement comme si la Cité n'avait jamais existé. Exact ?

Elle hésita. "En fait, je t'ai cherché plusieurs fois sur Google.

- Je ne devrais certainement pas te demandé ce que ça veut dire.

- Des archives historiques, et tout ça. Mais ton nom n'est jamais apparu.

- Il n'y avait aucune information sur moi ?

- Non. Je suis désolée, Jesse. Je suppose que ça doit te paraître curieux.

- Je suis flatté que tu aies pensé à chercher. Mais non, ça ne me dérange pas qu'il n'y ait rien à trouver. Des hommes bien meilleurs que moi ont vécu et sont morts sans laisser de trace. Je ne suis pas en mauvaise compagnie." C'était quand même une triste pensée à méditer, tandis que le ciel s'assombrissait.

Mais la confrontation des modes de vie et des moeurs des deux époques provoquent des frictions, devenant tensions puis conflit ouvert quand les secrets de la Futurity seront dévoilés par quelques activistes du XXIeme siècle... Jesse devra faire ses choix tandis que le chapiteau est remballé, s'occuper d'abord des siens ou mener à bien la dernière mission que l'on lui a confié pour une poignée d'or.

La cité du futur n'est pas le roman le plus accrocheur ou mémorable de Robert Charles Wilson, pour cela il faut plutôt aller vers Spin, Les Chronolithes ou Les Affinités. Mais Wilson sait donner envie à ses personnages et ce romlan se lit avec grand plaisir, même si le parti pris de cantonner la narration à 1876-77 peut frustrer. On obtient donc un bon divertissement, ce qui est déjà bien.

 

Les avis de Gromovar, Lune.

 

Posté par efelle à 15:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


28 juillet 2017

Empress de Mark Millar et Stuart Immonen

img775

65 millions d'année dans le passé, Emporia, épouse du roi Morax, tyran de la planète Ter n'en peut plus de son psychopathe d'époux. S'appuyant sur un officier dévoué, elle décide de prendre le large avec ses enfants. 

img776

Commence alors une fuite en avant à travers la galaxie où Emporia et les siens affronteront moults péripéties pour se mettre hors d'atteinte de Morax.

img777

Riche en rebondissements et péripéties ce space-opera survitaminé est des plus plaisants jusque dans ses derniers twists. Un très bon très bon divertissement et un excellent moment.

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2017

Chasse Royale, branche II de Jean-Philippe Jaworski

img774

A la différence du tumulte qui a retenti dans ces murs deux nuits plus tôt, l'atmosphère reste très pesante. Une sorte de lassitude accable cette maigre foule : les combats, l'incendie du palais et la mort du souverain carnute ont étouffé les voix et les manifestations de colère. C'est à peine si j'entends quelques murmures, où bruissent parfois mon nom ou celui de mon oncle. Toutefois, je ne me berce guère d'illusions. Le mépris ou la froideur que je perçois dans les expressions me révèlent l'hostilité de ces petites gens. Je suis l'ennemi. Je suis l'incendiaire, l'assassin, le régicide. Savent-ils seulement que c'est Orbiotalos, en se rangeant du côté des rebelles, qui a violé les lois sacrées de l'hospitalité ? Pour eux, bien sûr, le haut roi est le seul responsable du sacrilège. Et moi, je suis son neveu. Je suis l'impie.

Je suis la catastrophe.

Emporté par les évènements Bellovèse a opté dans le feu de l'action pour la loyauté envers son oncle. Resté en arrière pour couvrir la retraite de ce dernier, le voilà à la merci du parti ennemi. Toutefois, il compte quelques alliés parmi les rebelles et surtout l'éminence grise derrière ce soulèvement souhaite l'éprouver...

Emmenés sous bonne garde, Bellovèse aura le temps de ruminer sur son sort et se livrer à quelques réminiscences, nous permettant de découvrir ses proches et les conditions de leur rencontre. Un exercice bienvenu vu que ceux-ci ne vont pas tarder à entrer sur le devant de la scène.

Arrivé en un lieu envouté, Bellovèse devra faire face à sa famille et rendre compte de ses actes les plus discutables, notamment ceux qu'il se cachait à lui même.

" - Sais-tu pourquoi la plupart des guerriers sont violents ?

- Parce que ce sont des guerriers."

Malgré l'obscurité, je peux presque sentir sle dédain dans son sourire.

" - C'est surtout parce qu'ils n'ont pas les mots, me reprend-elle. Faut de parler clair, ils se trompent, ils s'offusquent, ils règlent par les armes les malentendus qu'ils ne sont pas capables de débrouiller par la parole. Tu es un grand guerrier et un grand ignorant, Bellovèse : comme tu manques de lucidité, tu crois qu'on te trompe. Tu reproches à autrui de t'avoir caché ce que tu n'as pas su comprendre par toi-même. Mais il est temps de t'ouvrir les yeux. Viens t'asseoir, apprends ce que tu aurais dû reconnaître, et délibérons sur ton sort."

Plus lente, cette seconde partie de Chasse Royale, n'en reste pas moins très plaisante et prenante, tant elle est riche en révélation. Tant sur le passé de Bellovèse que sur son entourage, au fil des pages la saga celtique de Jaworski se déploie et gagne en profondeur. Un très bon moment, reste à endure l'attente de la suite...

 

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2017

Dark Vador tome 4 : En bout de course de Kieron Gillen et Salvador Larroca

img771

Le temps est venu pour l'Empereur de reconnaître la valeur de son apprenti et d'en finir avec Cylo hors de tout contrôle.

img772

Alors que Vador joue les bras armés de l'Empire et lutte aprement contre Cylo, Aphra revient sur le devant de la scène pour le final de cette série. L'aventurière opportuniste aura fort à faire pour survivre à la conflagration qui s'annonce.

img773

L'intrigue passe quelque peu au second plan au cours de ce dernier tome, les épreuves s'accumulent pour Vador et frisent parfois le ridicule dans la démesure... N'en reste pas moins quelques moments de grâce qui sauve le tout. Les auteurs ont su s'arrêter à temps et c'est sur une bonne impression que l'on quitte cette série.

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2017

Dark Vador tome 3 : La guerre de Shu-Torun de Kieron Gillen et Salvador Larroca

 

img768

 Et voici le cycle Shu-Torun, en deux phases, au cours de la première Vador mettre au pas le gouvernement local, rétif aux exigences de l'empire.

 

img769

Au cours du second, Vador privé d'Aphra, retourne sur Sho-Torun, pour aider la reine en place dans l'anéantissement de ses vassaux frondeurs.

 

img770

Une mission qui verra la naissance d'une nouvelle politicienne opportuniste et la révélation des traitres... Cynisme et brutalité, cet arc narratif est très plaisant, un des meilleurs moments de cette tétralogie.

 

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juillet 2017

Dark Vador tome 2 : Ombres et mensonges de Kieron Gillon et Salvador Larroca

img766

Alors que Vador est toujours en quête de moyens et d'information sur Luke Skywalker, Tagge lui impose un nouvel adjoint... Assez fin celui-ci se focalise rapidement sur le vol de fonds impériaux, confisqués à la pègre. Aphra à la manoeuvre sous l'égide de son employeur...

img767

Afin d'égarer l'enquêteur, Vador devra faire preuve de subtilité et l'orienter dans d'autres directions. Un tome assez réjouissant pour la frustration qui ressort des silences de Vador et les manoeuvres qu'il met en oeuvre. Un bon moment.

 

Posté par efelle à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2017

Dark Vador tome 1 : Vador de Kieron Gillen et Salvador Larroca

img762

Longtemps, je me suis défié des déclinaisons de la licence Star Wars, quelque peu échaudé par la trilogie de roman de Timothy Zahn... Quoi qu'il en soit le buzz autour de cette série a fini par m'atteindre et force de constater que la qualité est au rendez-vous.

L'intrigue débute après la destruction de l'Etoile Noire, seul survivant Vador sert de défouloir à l'Empereur qui le place sous les ordres de l'amiral Tagge.

img763

Si Vador a vite fait de jouer avec les pions de l'amiral, il n' enoublie pas son propre agenda et entreprend de se doter de ses propres forces...

img765

Centrée sur l'icone de Star Wars démarre efficacement et se laisse dévorer. Si les nouveautés incluses dans la série ne sont pas toutes convainquantes, il n'en vas pas de même avec le duo de droïd assassin (une pastiche réussie pour le coup) et le docteur Aphra, criminelle de haut vol. Sans être incontournable, ce premier volume procure un bon moment.

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2017

Journal d'une emmerdeuse, volume 1 de Cromwell et Eric Gratien

img759

Anita Bomba, braqueuse émérite qui à la sale manie de faire exploser ses associés en même temps que les coffres... Redoutable pour régler ses problèmes de manière expéditive et s'attirer des ennuis à la vitesse grand V...

img760

Traquée par le curieux mais redoutable Lieutnant Bottle, elle récupérera un robot schyzophrène Sig 14 puis s'associera avec le Mentor, un curieux personnage aux méthodes tranchantes...

img761

Un trio infernal dans des aventures hautes en couleurs, traquant un hypothétique trésor. Ce premier tome de l'intégral est des plus réjouissants, délirants et dépaysants, bonne pioche !

Posté par efelle à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2017

Pukhtu secundo de DOA

img758

 

Seconde partie du dyptique et changement complet d'ambiance avec le retour sur le devant de la scène des deux ex agents clandestins de Citoyens clandestins : Fox (anciennement Fennec) et Lynx. Pour le premier placé par la CIA au sein d'un groupe de paramilitaires, les loyautés deviennent flou, la sensation d'être entouré de salopards. Pour le second, la traque relancée par fonctionnaire français, trafiquant dans la drogue avec 6N, le remet en selle... pour le pire. Une barbouzerie de trop, la perte de ses proches et le voilà sur le sentier d'une vengeance implacable et nihiliste.

Pour vivre heureux vivons cachés.

Comme moi ? Kayla est morte, Amel espionnée, menacée. Connard. Dix minutes ont passé. Calme plat. Lynx se lève avec peine, son dos et ses genoux trinquent. Le froid, le mouillé, l'immobilité, les habitudes perdues. L'usure. Il prend son sac, abandonne sa bouteille et titube hors de l'impasse, main sur le flingue, on ne sait jamais, si les deux pipelettes ne sont pas réellement parties. La parano, tout le temps, partout.

En Afghanistan, Shere Khan finira par aller au bout de sa vengeance envers 6N, déjouant accidentellement les manoeuvres de celle-ci et permettant à Fox de se reprendre... Lynx suivra une trajectoire similaire qui l'amènera à son tour en Afghanistan sur les traces d'Amel, qui tel Icare est en fâcheuse posture.

La journée passe, lente, peuplée de mauvais songes et de réveils coupables, bercée par une autre menace, lointaine et pourtant si proche, celle des drones vrombissants. Au début de son séjour, Amel n'y prêtait pas attention, elle n'en avait même pas conscience. Ensuite, trompée par des fièvres délirantes, elle s'est demandée d'où venait ce bruit agaçant, étonnée d'entendre des gens passer la tondeuse tout le temps, même la nuit. Elle a pigé au bout de quarante-huit heures, une fois sortie de sa torpeur post-traumatique. Et avec la compréhension est apparue l'angoisse. Captive des talibans, alliés de terroristes ennemis des Etats-Unis, qui leur mènent ici une guerre à distance, sans merci, meurtrière, très souvent aveugle, Amel a commencé à se cauchemarder en victime collatérale. Désormais, il n'est pas rare qu'elle emporte dans son sommeil le bourdonnement des avions sans pilote et rêve de suffocation sous des tonnes de débris.

Abandonnant le ton documentaire du premier tome, DOA opte ici pour un thriller haletant et referme brutalement toutes ses intrigues internationales pour se concentrer sur des recherches de rédemption . Efficace et prenant, un bon divertissement s'offrant un dénouement cynique et un clin d'oeil au Serpent aux milles coupures.

Posté par efelle à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

La Panse de Léo Henry

img757

 

Bastien, artiste dilettante, en marge de sa propre vie, se met en quête de sa soeur jumelle, ex militaire ex pompier qui ne donne plus de nouvelles à qui que ce soit. Une quête qui va l'amener dans le quartier de La Défense et lui faire intégrer une société de nettoyage. Etape obligée pour infiltrer une étrange organisation que sa soeur aurait intégrée. Deux entités dont le fonctionnement rappelle celui d'une secte...

Sur l'esplanade, les stations de train, de métro et de bus crachent en continu leurs files régulières et prestes de travailleurs. Le ciel immense éclaircit un peu du côté de Paris. On se croirait sur le pont d'un bateau gigantesque. La net des derniers Terriens survivants dérivant dans l'espace.

Instrumentalisé par les cadres de La Panse, Bastien grimpe les échelons de la secte à un rythme soutenu sans pour autant trouvé trace de sa soeur, son ascencion dans la hiérarchie lui ouvrira les portes des des profondeurs câchées de La Défense et des luttes internes qui s'y trame.

Etrange expérience que celle de La Panse, Léo Henry réussit à créer une ambiance aléniante, dérangeante mais qui m'a laissé au seuil de ce roman. Un livre que je referme en ayant la sensation d'être passé à côté, de n'avoir pas réussi à en appréhender le dénouement et compris ce qu'était la Panse. Dommage...

 

Posté par efelle à 09:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]