Les lectures d'Efelle

28 novembre 2016

Les contrées du Rêve de H.P. Lovecraft

img672

 

Mais l'étoile Polaire, elle n'a pas bougé d'un iota dans la voûte noire. Elle continue de briller d'un air mauvais en clignant hideusement, semblable à un oeil dément qui s'efforcerait de transmettre je ne sais quel étrange message, et qui aurait tout oublié, sauf qu'il avait autrefois un message à transmettre. J'arrive parfois à dormir, quand il y a des nuages.

Nouvelle traduction par David Camus des nouvelles de Lovecraft portant sur le rêve et les Contrées du Rêve. Les textes agencés par le traducteur conduisent à l'épopée de Randolph Carter. Un voyage permettant d'aborder progressivement une fantasy particulière dont il me semble qu'on retrouve les accents dans les textes de Clark Ashton Smith. Des textes élégants, dépaysants et assez prenants, je retiens notamment La quête d'Iranon et Celephaïs.

Plus il se retirait du monde, plus ses rêves devenaient merveilleux ; et c'est en vain que l'on aurait essayé de les retranscrire. Kuranès n'était pas moderne. Il ne pensait pas comme les autres écrivains, qui s'efforcent de dépouiller la vie de ses robes brodées de mythes et de montrer dans toute son horrible nudité cette chose répugnante qu'est la réalité. Kuranès, lui, ne se souciait que de beauté. Quand l'expérience et la vérité échouèrent à la révéler, il partit la chercher dans l'illusion, dans l'imagination, et la trouva sur le seuil même de sa maison, parmi les souvenirs nébuleux des contes et des rêves d'enfants.

Quoi qu'il en soit au fil des textes et des années Lovecraft a bâti un édifice menant à l'imposante Quête onirique de Kadath l'Inconnue. L'occasion pour Lovecraft de rappeler ses nouvelles précédentes, comme la légère Les chats d'Ulthar.

Poursuivant un rêve dans le rêve, Randolph Carter, maître rêveur, arpentera les Contrées du Rêve pour trouver une cité merveilleuse dont les dieux lui interdisent l'accès. L'aventurier sera confronté à de nombreux périls non pas pour trouver sa cité mais pour plaider sa cause auprès des dieux. Bien qu'un peu trop longue à mon goût cette nouvelle véhicule beaucoup d'ambiances très différentes avant de revenir vers l'univers habituel de Lovecraft. Un bon moment. La Clé d'argent prolonge le charme de la quête avec le mérite de la brièveté en plus de l'élégance mais le soufflet retombe avec A travers les portes de la clé d'argent...

Un recueil plaisant même si mon bilan reste mitigé, l'ambiance retombant avec les derniers textes. Quoi qu'il en soit je ne regrette pas cette découverte d'une facette de Lovecradt que je ne connaissais pas et l'expérience dépaysante.

Posté par efelle à 22:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


20 novembre 2016

Pommiers en fleurs de Hiroshige

 

Ce petit puzzle de 150 pièces à réussi à m'occuper un peu moins de deux heures, grâce à sa découpe vicieuse et ses fleurs presque identiques...

P1010041

Posté par efelle à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2016

Les Blés Jaunes de Van Gogh

 

Ce puzzle Michèle Wilson de 750 pièces était un véritable défi, après quelques années d'arrêt je m'y suis remis et finalement réussi à triompher de ce ciel nuageux.

P1010040

Un beau puzzle à la découpe bien vicieuse.

Posté par efelle à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Objectif Broadway de Hugault et Yann

img668

Troisième et dernier tome d'Angel Wings, Objectif Broadway tient toutes ses promesses. Pour les Burma Banshees, l'heure est venue de porter l'assaut final et d'abandonner les bases avancées... La lutte sera apre d'autant plus que les japonais sortent leurs derniers atouts.

img669

 

img670

Du côté d'Angela et Jinx, le crash dans la jungle birmane tourne à l'odyssée. Jinx bien que la plus fragile du duo, fera preuve de ressources sans pour autant arriver à la dimension bad ass d'Angela.

img671

Porté sur l'action et les rebondissements, cet album rempli sa mission avec brio, même si le terme de l'enquête mené par Angela se révèlera quelque peu frustrante. Un superbe album et un excellent moment.

Posté par efelle à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2016

Avec joie & docilité de Johanna Sinisalo

img666

A la fin du XIXeme siècle, la société finlandaise a opté pour un virage radical : appliqué les méthodes de sélection et d'élevage des animaux domestiques sur l'humanité, enfin essentiellement sa part féminine. Le tout étant la mise en place d'une société apaisée par la satisfaction des instincts masculins et la crétinisation des femmes§. Soi belle, docile et tais toi tel est le nouveau credo gouvernemental. Les femmes répondant aux critères de cette nouvelle société ont été renommées éloïs tandis que les autres sont les morloks. Ces dernières sont stérilisées et exclues de la société civile.

Cette société machiste et patriarcale complètement refermée sur elle même et coupée du monde, l'eusistocratie a aussi mise en place une sévère prohibition de toutes substances addictives : des drogues les plus dures jusqu'aux piments...

Vanna ou Vera est une morlok à l'apparence d'éloï... Protégée et éduquée par sa grand-mère, elle a grandit en observant sa soeur cadette et réussit à donner le change aux autorités.

Chaque fois que je décide d'aller me promener, les réalités de la vie d'éloï me tombent sur le paletot. En rentrant du lycée, je me suis lavée le visage pour en ôter le maquillage et brossé les cheveux pour en éliminer la laque. Si je veux sortir, je dois reconstruire tout mon déguisement.

Hantée par la disparition de sa soeur, vraisemblablement éliminer par son mari pour s'accaparer son héritage, Vera s'est associée à Jare. Lui lui procure la sécurité d'avoir un compagnon officiel et la pourvoit avec la seule substance addictive encore disponible en Finlande, tandis qu'elle lui offre son esprit affûtée et son apparence innocente pour l'aider à mener son petit trafic.

Je n'au jamais connu pareille période de pénurie. Jare a un solide réseau de bons clients. Il a toujours su repérer les lots mis sur le marché, trouver des marins, sur des cargos, prêts à prendre des risques, ou des hommes d'affaires voyageant hors de nos frontières et des étrangers en visite en Finlande bénéficiant d'une immunité diplomatique ou d'assez bonnes relations avec l'administration pour qu'on examine pas de trop près leurs bagages à la douane. Mais le filet s'est resserré, de nouvelles mesures dont nous ignorons tout ont été prises.

A travers le regard de Vanna, hantée par le remord et Jare déterminé à quitter cette Finlande oppressante, le roman dépeint une uchronie dystopique assez redoutable, écrasant la moitié de sa population au profit de la seconde, tuant dans l'oeuf toute personnalité féminine remarquable, la réduisant à l'état d'esclave domestique et sexuelle, répudiable à tout moment (voire pire).

Ô eusistocratie.

Pour satisfaire les plus forts en gueule, tu as mis une drogue à la disposition du plus grand nombre. Tu pensais avoir libéré la sexualité. Tu as libéré tout autre chose.

Le pouvoir.

On y goûte une fois, et il en faut des doses toujours plus fortes. Ridiculement fortes. Incroyablement fortes. Fortes à vomir. Si fortes que le cerveau est incapable de les gérer.

Johanna Sinisalo réussit à construire un récit prenant et immersif, avec une plume corrosive. On ne s'ennuit jamais et l'acidité permet de passer quelques réflexions sur nos sociétés... Un excellent moment.

 

Les avis de : Lune ; Gromovar ; Un dernier livre avant la fin du monde.

Posté par efelle à 18:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


18 octobre 2016

Indiana, Indiana, Les beaux moments obscurs de la nuit de Laird Hunt

img665

Noé est différent, simple, inapte à vivre selon les conventions de la société américaine. Au crépuscule de sa vie, il revient sur son parcours, des expériences marquantes légères ou non. Sa rencontre avec la femme sa vie et la différence qui finira par les séparer. Une situation cruelle que Noé n'a jamais vraiment accepté...

Roman doux amer, les réminiscences de Noé ne m'ont pas passionné et je suis passé totalement à côté de ce roman. Laird Hunt m'a déjà subjugué mais là pas moyen de rentrer dans le récit, la faute sans doute aussi à la table des matières répétées ad nauseam à chaque chapitre. N'en reste pas moins que sur la fin, les non dits s'éclaircissent et le roman gagnent en puissance avec quelques fulgurances mais pas assez ou trop tard pour emporter mon adhésion, dommage.

Posté par efelle à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2016

X-men l'intégrale 1979

img661

Avec les parutions de 1979 on approche de la légende pour les X-men. Claremont maîtrise visiblement la technique du feuilleton et les épisodes s'enchaînent en plaçant progressivement son décors et ses protagonistes vers ce qui sera la saga phénix noir. Pour le moment, Jean Grey isolé du reste du groupe se découvre des pouvoirs dont elles usent de plus en plus tandis que le reste de l'équipe après un détour par le Japon (un jalon important dans la construction de l'histoire de Wolverine). Si les intrigues principales sont anecdotiques, les jalons sont néanmoins posés et ont s'attend à voir Le Hurleur tiré sa révérénce tandis que Storm, Wolverine et Cyclope prenne de plus en plus d'ampleur, Diablo et Colossus restent secondaires mais les origines de ce dernier seront l'occasion d'un gag dans l'esprit de la guerre froide...

img663

L'avant-dernier arc narratif en mettant en scène la confrontation avec Proteus relève le niveau tant en tension qu'avec un antagoniste impitoyable et effrayant... L'occasion pour Cyclope de montrer ses qualités de leader ou de coach de choc c'est selon...

img664

 

Au final cette troisième années des X-men modernes est satisfaisante même si la mise en couleur date sérieusement et l'ambiance eigthies est omniprésente (le caméo de Luke Cage en tenue disco fait mal aux yeux). Un bon moment.

 

Posté par efelle à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2016

Vendredi de Robert A. Heinlein

img660

"Beaucoup d'estime." Mes collègues avaient beaucoup d'estime pour moi. Quand vous n'avez jamais appartenu à rien, que vous n'appartiendrez jamais vraiment à rien, des mots tels que ceux-là représentent tout. Ils me réconfortaient à tel point qu'il m'importait peu, alors, de ne pas être humaine.

Vendredi est une jeune femme brillante, aux capacités physiques exceptionnelles, extrêmement douée pour son rôle de messager au sein d'une agence de renseignements... Cependant Vendredi est complexée par ses origines et la ségrégation sociales dues à ces origines, en effet elle est le résultat de l'ingéniérie génétique de pointe. Sortie de son environnement professionnelle, Vendredi cache donc ses origines et souffre d'autant plus quand elle est confrontée aux racismes ou aux préjugés de classe, phénomènes qu'elle ne connaît que trop bien.

Malheureusement pour elle, son appétit de justice et une certaine candeur, lui feront perdre ceux qu'elles considéraient comme les siens... S'en suivra un long cheminement pour retrouver son environnement professionel, sa deuxième maison, compliqué par le début de l'effondrement des états terriens, déjà bien balkanisés.

Assez agréable à lire au début, ce roman d'Heinlein souffre de la répétitivité des situations et de l'impression de tourner en rond. Malgré tout, le monde dépeint par Heinlein est convainquant du fait de ses contradictions et de son hypocrisie latente et l'on arrive sans ennui à la fin. Un roman qui aurait gagné à être plus court pour emporter totalement l'adhésion. 

Posté par efelle à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2016

La ligne de fuite de Robert Stone

img657

 

Arrivé en face du marché aux fleurs, il se fondit dans la circulation frénétique de Lê Lof, essayant de simuler langueur et insouciance. Il était primordial d'agir comme si une bonne fortune innée vous rendait invulnérable. Les vicissitudes de l'Histoire avaient poussé les Saigonnais à vénérer la chance. Les malchanceux mettaient tout le monde mal à l'aise et en tentaient même certains à assumer le rôle de la malchance. C'était presqe pire que d'avoir l'air comique.

Converse se serait bien vu correspondant de guerre mais sa veulerie l'ont conduit à trainer entre expatriés à Saïgon plutôt que sur la ligne de front... Poussé par sa maîtresse et un désir de sortir du Vietnam en ayant accompli quelque chose, il s'improvise trafficant d'héroïne. A charge pour un de ses amis, Hicks, un ancien marine, de faire passer les trois kilos de drogue pour les livrer à Marge, la femme de Converse légèrement toxicomane. Une affaire boiteuse dès le départ.

En prenant contact avec Marge, Hicks a maille à partir avec deux types louches. Il leur échappe facilement et prend le large, la drogue et Marge sous le bras...

Elle sortit la tête par la portière puis, ayant prêté l'oreille un moment, crut entendre des voix et une musique lointaine.

Il remit le moteur en marche et ils montèrent quelques centaines de mètres tous phares éteints. Il se gara à nouveau, descendit de voiture et tapa sur la portière pour faire signe à Marge de le suivre.

La lune s'était levée au-dessus de la crête des collines, une lune pleine, hystérique, chamanique, qui illuminait le canyon jusqu'à mi-pente.

De son côté, Converse, à peine débarqué aux USA, tombe sur les deux sales types puis sur leur chef, un agent du FBI visiblement bien pourri... Converse devra collaborer avec ces ordures pour retrouver son épouse...

S'il avait seulement pu se montrer un tout petit peu moins timoré au Vietnam, songea-t-il, il aurait pu trouver une mort honorable - comme ces héros qui se trimballaient partout en moto et mouraient d'avoir trop éclusé leur jeunesse. Maintenant il allait falloir faire face à la mort ici - où les choses étaient plus drôles -, ici où la mort serait aussi stupide et bizarre que tout le reste.

Roman noir sur la fin d'une époque, l'échec de la contre culture, La Ligne de fuite suit des personnages désenchantés vers le destin qu'ils se sont choisis. Un bon moment très sombre.

Posté par efelle à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2016

Legendary

pic1430769_md

Legendary m'a été présenté comme le meilleur jeu de deck-building actuellement sur le marché. Force de constater que les mécanismes collent parfaitement au thème Marvel et présente une rejouabilité bien supérieure à celle de Legendary Encounters sur le thème d'Aliens.

Pour une présentation vidéo, je ne peux que vous inciter à regarder ce Tabletop qui m'a fait craqué.

La mise en place demande toutefois une bonne dizaine de minutes, pour cette partie à cinq joueurs j'avais retenu Nick Fury, Spiderwoman, La Veuve Noire, Tornade, Le Faucon et Malicia pour les héros.

P1010040

 

Côté vilain, le choix a été effectué un peu au pif, en évitant les méchants des extensions Paint the city in red et Captain America 75th anniversary.

P1010041

 

Sous l'égide du Docteur Doom, les méchants vont donc cavaler en ville de droite à gauche, embarquant au passage des passants... Le scénario à pour comme condition de défaite l'enlèvement hors de la ville de huit passants par les méchants. Une condition pas très méchante du fait des héros portés sur le sauvetage (Tornade, La Veuve Noire et Le Faucon en particulier).

A charge pour les joueurs d'optimiser leur deck en recrutant les héros qui vont bien et se débarrassant des cartes obsolètes à un stade avancée de la partie. La partie se déroula très agréablement, les enfants même sans pratique de l'anglais ayant vite pris le coup.

P1010043

 

Le jeu est d'une fluidité remarquable et très immersif, même si le scénario ne fut pas très compétitif. Avec le recul, je pense que le système est plus agréable à trois et quatre joueurs. En tout cas, les possibilités sont nombreuses et l'ont peu facilement corser la difficulté en intervenant sur les héros ou les vilains en course. Un excellent jeu pour de nombreux bons moments.

Posté par efelle à 20:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]