05 avril 2008

Les murailles de Jéricho d’Edward Whittemore

Stern est mort et avec lui son idéal d’un Moyen Orient en paix… Les murailles de Jéricho couvrent la création d’Israël au conflit libanais des années 80. Les joyeux délires du Codex du Sinaï et de Jérusalem au Poker sont terminés, place à l’amertume dans la droite ligne d’Ombres sur le Nil. Quoi qu’il en soit Whittemore porte encore en lui un rêve, un espoir fou. Et de la même manière qu’un juif, un musulman et un chrétien se sont retrouvés autour d’une table dans Jérusalem au Poker, trois sages vieillards chacun... [Lire la suite]
Posté par efelle à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 avril 2008

Ombres sur le Nil d’Edward Whittemore

Si vous avez fait un aussi long voyage pour venir jusqu’à moi, c’est parce que vous souhaitiez que je travaille pour vous. Mais où cela, je me le demande ?Au Moyen-Orient.Ah oui, j’en ai entendu parler. Une région aussi sèche que celle-ci, parait-il, mais bien plus présente dans les livres d’histoire. Et où au Moyen-Orient, je me le demande ?Au Caire.Ah oui, j’en ai aussi entendu parler. Cela se trouve dans l’antique terre des pharaons, un endroit que l’on dit peuplé de pyramides, de momies et... [Lire la suite]
Posté par efelle à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2008

Jérusalem au Poker d’Edward Whittemore

Nous sommes ensablés dans le lieu et le moment, mais pas lui. Nous nous efforçons de croire, mais lui, il croit, et ça fait toute  la différence. Nous sommes assis à Jérusalem, mais lui, il est vraiment là-haut, au sommet de cette montagne qu’est la Ville sainte. Et vous n’allez pas me dire avachi comme vous l’êtes dans votre fauteuil, que vous ou moi avons une hauteur de vue supérieure à la sienne, pas vrai ? Ballon ou pas ? Trafic d’armes ou pas ? Poker ici ou poker là-bas, est-ce que ça a une quelconque... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2008

Le codex du Sinaï d’Edward Whittemore

Dans tous les cas, notait humblement l’aveugle, les hommes tendent à devenir des fables et les fables des hommes, tant et si bien qu’en fin de compte, il importait sans doute peu qu’il évoquât le passé ou le futur. En fin de compte, cela devait revenir au même.  Le codex du Sinaï est une fresque étrange, émaillée de personnages improbables, fantastiques…Gérard Klein qualifie le roman d’inclassable comme quelques œuvres parmi lesquels se trouve Lewis Carroll, Neal Stephenson et Umberto Eco. Personnellement,... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,