img496

 

Ce recueil présente une vingtaine  de nouvelles assez variées mais dans lesquelles prédominent quelques thèmes : l’amour, la mort, le corps, l’oppression et la révolte, habilement mélangés dans des textes bien aux ambiances bien différenciées.

La Créode

Les Ouqdar ont mutés, ils se reproduisent par parthénogenèse et contrôlent strictement leur population. Quand vient pour Damballah, le moment de se scinder, il se révolte. Pourquoi abandonnerait-il une part de lui-même ?

Hétéros et Thanatos

Un monde crépusculaire, un androgyne parfait, seul de son espèce, quasiment immortel s’attache à une proscrite, vouée au sacrifice.

Qui sème le temps récolte la tempête

Une société qui n’est pas sans rappeler le Meilleur des Mondes, la jeunesse est maintenu grâce à un traitement adéquat jusqu’à une brusque déchéance quand la vieillesse reprend ses droits. Les vieillards sont parqués dans des mouroirs déshumanisés pour attendre leur dernière heure, Ordalie refuse cette mise à l’écart.

Le Nirvâna des accalmeurs

Autre univers oppressif, des individus sont « choyés » pour leur capacité à rêver. Rêves, partagés avec les masses, qui permettent de maintenir l’ordre social en place.

Le Verbiage du Verbic ou vingt-quatre heures de la vie d’un chercheur

Des orphelins grandissent dans des centres, isolés du monde des adultes. Une poignée de chercheurs les étudient à leur insu via des caméras.

Il ne faut pas jouer avec les enfants

Etranges jeux d’enfants, une nouvelle aux accents fantastiques.

Et après ?

Transmission de la mémoire dans une société basée sur la survie, un court texte très efficace.

La Femme est l’avenir de l’homme

La société humaine a évoluée suite à une chute de la fécondité des hommes, elle ne compte désormais plus que des femmes. Ces dernières sortent de son sommeil cryogénique la chercheuse ayant permis ce fait quelques siècles auparavant pour l’accueillir dans leur utopie. Superbe texte surprenant et très bien mené.

La journée de la guerre

Une société a trouvée une méthode originale pour éliminer l’agressivité parmi ses membres mais tout à un coût. Un texte dur, froidement réaliste qui secoue.

Pur esprit

Clonage, duplication expérimentale de la mémoire, abus et dérapage dès la phase expérimentale… De quoi serait capable un être égoïste, amoureux et richissime ? Une approche originale du clonage et de la transmission de la personnalité.

Avatar

Autres saisons, autres temps. Aujourd’hui, les fleuves se tarissent, le désert gagne sur les prairies, et toute la naissance requiert la Contribution Enfant, une somme exorbitante bloquée sur un compte dont les revenus permettront les soins et l’éducation du nouveau-né jusqu’à son âge adulte et son entrée dans le monde du travail, nanti d’un capital.

 

Sacré bon principe, oui, qui réserve la reproduction aux riches. Nous sommes trop nombreux, n’est-ce pas ? Et prendre la responsabilité de mettre au monde, c’est se donner les moyens d’élever de façon opportune.

Pour pouvoir obtenir le droit de concevoir un enfant pour son couple, un homme décide de se livrer à une forme ultime de prostitution. Un texte très réussi, assez cynique et noir.

La Déesse noire et le diable blond

« Tu es mort, dit-elle d’un ton froid, ajoutant aussitôt pour pallier tout déni : le comte est mort dans ce bureau, je l’ai tué. Rien n’aurait pu le ressusciter. Toi, tu n’es qu’un train d’informations cristallisées, de simples bits de mémoire sujets à l’effacement. »

[Ah ? Les simples bits remercient l’hôtesse qu’ils ont colonisée, et lui font remarquer que si elle bénéficiait de sa chance, elle connaîtrait l’ivresse d’être deux fois née. Je te jure que je me sens plus que vif !]

Une voleuse est forcée de partager son corps avec la mémoire de l’homme qu’elle a tuée. Une relation assez malsaine et une histoire pleine de surprises et de rebondissements. Un bon petit polar SF. 

Hydra

Des colons humains sont confrontés aux mystères de la planète sur laquelle ils se sont installés. Les femmes sont atteintes les unes après les autres d’un mal étrange qui les dessèchent tandis que dans la rivière proche pousse une plante, simulacre de l’agonisante.

Face au risque d’extinction de la colonie, l’irrationnel et l’intolérance prend le dessus et Hellas, veuf récent, aura bien du mal à faire valoir son point de vue.

Cendres

L’armée d’un empire galactique envoie une espionne sur une colonie perdue d’où les hommes sont absents. Quel est le secret de cette société matriarcale ? Une nouvelle assez légère et ironique, l’humour étant appuyé par le ton agacé utilisé pour subvocaliser les rapports de l’agent à ses supérieurs.

Arthro

Une expédition s’échoue sur une planète inconnue, les survivants vont devoir s’adapter pour survivre se soumettre à des mesures radicales, notamment en matière de reproduction vu leur faible nombre. Le tout en maintenant des relations amicales avec la société patriarcale d’insectes géants qui peuplent la planète. Unesociété qui donnent rapidement de mauvaises idées à certains.

Imago

Les terriens tentent de coloniser une planète très lointaine en fixant la personnalité d’explorateurs et de diplomates dans les larves de l’espèce intelligente insectoïde locale.

Malheureusement, les envoyés ne disparaissent après avoir pris contact avec la sonde automatisée se trouvant sur place. Le gouvernement décide de poursuivre les expériences en envoyant des criminels, un terroriste écologiste soumis à un chantage fera l’affaire…

La colonisation revue à la sauce Wintrebert, efficace, amusant et délicieusement ironique.

Alien bise

Petit hommage à Alien, mais avec des symbiotes plutôt que des parasites, les réactions de la poignée d’explorateurs spatiaux infectés n’en est pas moins assez radicale. Une histoire efficace dans laquelle l’auteur déploie ses thématiques propres.

La Fiancé du roi

Un chercheur en génétique, condamné par une tumeur inopérable, s’injecte du matériel génétique, issu d’un dinosaure. Le résultat improbable est surprenant, de même que la réaction purement égoïste de l’intéressé. La chute est encore une fois pleine d’ironie.

Hurlegriffe

Une créature alien utilisée comme divertissement et méthode d’exécution des opposants politiques. L’entité se révèlera plus intelligente et puissante que ses geôliers ne le soupçonnaient. L’occasion aussi pour deux amants révolutionnaires de se retrouver de manière assez improbable.

Le recueil se conclu par une postface par l’auteur et une seconde de Roland C. Wagner avant de laisser place à un longue entretien avec l’auteur. De quoi faire plus ample connaissance avec Joëlle Wintrebert et son œuvre.

Si La Créode, puis Hétéros et Thanatos ne m’ont pas totalement convaincu, les textes suivants m’ont beaucoup plu dans l’ensemble. Ses thématiques se renouvellent au fil des textes et l’ensemble est vraiment très plaisant. Il ne me reste plus qu’à découvrir Joëlle Wintrebert en tant que romancière. Ce recueil se révèle une très bonne surprise.