img807

Roméo et Juliette

Ces joies violentes ont des fins violentes, et meurent dans leur triomphe : flamme et poudre, elles se consument en un baiser. Le plus doux miel devient écoeurant par sa suavité même, et détruit l'appétit par le goût : aime donc modérément : modéré est l'amour durable : la précipitation n'atteint pas le but plus tôt que la lenteur.

La haine sépare les familles Montaigue et Capulet et si le prince de Véronne a ordonné une trêve, le brûlant Tybalt ne semble pas prêt à cesser les provocations. Pendant ce temps, Roméo Montaigue se morfond du fait d'un amour non partagé. Pour le remonter et lui changer les idées, Mercutio, le convie au bal des Capulet où il est invité. Sur place Roméo rencontrera Juliette. Alors que les aînés semblent plus posé et abandonneraient volontiers leurs griefs, les passions dévorantes conduiront nombre de jeunes gens à leur perte.

Voici ton or, poison plus funeste encore à l'âme des hommes, il commet plus de meurtres dans cet odieux monde que ces pauvres mixtures que tu n'as pas le droit de vendre. C'est moi qui te vends du poison ; tu ne m'en as pas vendu.

La pièce se déroule à un rythme effréné, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Un classique bien moins sirupeux et plus incisif que certaines de ses dernières adaptations...

 

Le songe d'une nuit d'été

Lysandre et Hermia s'aiment mais Démétrius épris d'Hermia à la faveur du père de la jeune femme. L'amie de cette dernière, Héléna est quant à elle amoureuse de Démétrius. Alors que les deux amants fuient la cité pour éviter le mariage forcé avec Démétrius, Héléna mène ce dernier à leur suite. La nuit les surprend dans les bois où une troupe de théâtre amateur compte répéter. Dans ces mêmes bois se tient la cour des fées où Obéron et Titiana se dispute un enfant. Obéron charge Puck d'envouter via un filtre d'amour Titiana, pour lui ravir son captif, et en passant de résoudre le problème des quatres humains en rendant Démétrius amoureux d'Héléna. Las, les instructions d'Obéron son vague et c'est Lysandre qui subit l'enchantement.

Si vous étiez civils, si vous connaissiez la courtoisie, vous ne me feriez pas tous ces outrages. N'est-ce pas assez de me haïr comme vous le faites, sans vous liguer du fond de l'âme pour me bafouer ? Si vous étiez des hommes, comme vous en avez l'apparence, vous ne voudriez pas traiter ainsi une gente dame, me prodiguer ces voeux, ces serments, ces louanges exagérées, quand, j'en suis sûre, vous me haïssez cordialement. Rivaux tous deux pour aimer Hermia, vous êtes rivaux aussi pour vous moquer d'Héléna.

La situation devient alors assez amusante à suivre, la rivalié entre les deux hommes perdurant malgré tout. En ce qui concerne la reine des elfes, Puck lui a lancé dans les pattes le moins subtil des acteurs amateurs affublé d'une tête d'âne. Obéron ayant obtenu ce qu'il veut, il donnera l'ordre à Puck de remettre un peu d'ordre dans ce joli quiproquo.

Croyez moi, roi des ombres, j'ai fait une méprise. Ne m'avez-vous pas dit que je reconnaïtrais l'homme à son costume athénien ? Mon action est donc irréprochable, en ce sens que c'est un Athénien dont j'ai humecté les yeux ; et je suis satisfait du résultat, en ce sens que leur querelle me paraît fort réjouissante.

Une pièce enlevée, songe ou folie douce, le cocktail est très agréable et se lit tout seul. La seule baisse de régime intervient dans la représentation des acteurs amateurs à la fin, mais ceci est vraisemblablement du à la lecture de la pièce. La mise en abyme devant être amusante sur scène. Encore un classique et un très bon moment.

Une lecture commune avec Isil.

 

challenge-elisabethain-1