img781

 

 Walt vient de mettre la main sur Cord, un gamin errant, effectuant des petits travaux chez une vieille dame légèrement sénile.

- Tu as déjà entendu parler des "garçons perdus" ?

 Vic fut la première à répondre.

- Le film de vampires ?

- Non.

Je risquai une autre piste :

- Peter Pan ?

Elle secoua la tête à nouveau.

- Des adolescents que les mormons bannissent. Ils se font éjecter de ces sectes sous le prétexte fallacieux d'un comportement déplacé, mais la plupart du temps il s'agit de les écarter pour que les hommes d'âge mur puissent choisir de nouvelles épouses parmi les jeunes femmes.

- Charmant.

Visiblement paumé, Longmire prend le gamin sous son aile mais la situation se complique quand il découvre que la mère du gamin, a disparu après s'être aventuré plusieurs hors de la secte à la recherche de son fils... Ses premiers contacts avec le groupuscule mormon seront musclés et accentueront la résolution du shérif.

- Alors, ils valent quoi ?

- Des milliers de dollars.

- On y retourne et on cambriole le magasin ?

Je souris.

- Ce serait contraire à la loi.

Elle s'installa confortablement et posa ses bottes sur le tableau de bord.

- Nous en avons assez fait pour la loi, et regarde où ça nous a menés.

- Où ça ?

Elle ouvrit grand les bras et, avec un certain sens théâtral du geste, désigna le paysage environnant.

- Nulle part.

 Si Vic est toujours là, entre deux engueulades, pour alléger l'ambiance, le récit tourne au surréaliste avec l'entrée en scène d'une figure mormone du XIXeme siècle, comme jaillit d'un film du western... N'en reste pas moins qu'une femme a disparue et que la résistance à l'enquête du shérif est des plus forcenées.

Malgré les facettes loufoques de ce récit, Craig Johnson a ancré son intrigue dans un réalisme des plus matériels, faisant fi des interludes oniriques des tomes précédents, pour revenir vers des questions bien vénales.

Un bon moment, malgré la sensation que l'histoire aurait gagnée à être plus étayée et quelques intrigues secondaires plus exploitées. Sympathique sans plus.