24 juillet 2015

Les Machines sauvages de Mary Gentle

Elle demeura parfaitement immobile, attentive au moindre mouvement d'hommes qui s'éveilleraient, et s'orienta. Le camp du Lion derrière elle ; ici, la route du Sud, de Dijon vers Auxonne à deux kilomètres en avant, de l'autre côté de prairies et d'une armée d'invasion. Une pensée envahit son esprit. Mais, bien sûr, je pourrais me contenter de poursuivre ma route. Rester à l'écart de Dijon. Continuer. Laisser derrière moi Floria et le Faris, la compagnie, et les Machines sauvages : tout abandonner, parce que tout a changé,... [Lire la suite]
Posté par efelle à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 juillet 2015

La puissance de Carthage de Mary Gentle

L'expression intense et lugubre du duc s'assombrit. "Maîtresse Cendres. En tant qu'esclave bâtarde d'une maison wisigothe, vous êtes une serve au regard de la loi. Ils vous revendiqueront, non point comme le capitaine dont ils ont loué les services, ni comme leur prisonnière, mais en tant que leur propriété. Cette revendication peut avoir de la valeur et une légitimité." La roue tourne pour Cendres et pas dans le bon sens, son projet de frapper de raid sur Carthage est repoussée par Charles de Bourgogne qui lui fait aussi part... [Lire la suite]
Posté par efelle à 08:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 juillet 2015

La guerrière oubliée de Mary Gentle

"C'est la loi qui régit la chevalerie." Cendres baissa les yeux vers la coupe vide. "Peu importent ta générosité et ta vertu. Ou ta charité. Si tu ne possèdes pas une assise de pouvoir, on ne t'accordera aucun respect ; et si tu en possèdes une, tout le monde se tournera vers toi, plutôt que vers n'importe qui d'autre. Et le pouvoir tient à ta capacité à faire combattre pour toi des hommes armés. A les récompenser par de l'argent, certes, mais plus encore par des titres, des mariages et des terres. J'en suis incapable. Je dois... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 juillet 2015

Le mercenaire de Mack Reynolds

  Rares sont les sociétés humaines, qui, d'une façon ou d'une autre, n'ont pas permis à l'homme compétent ou hypocrite, intelligent ou opportuniste, courageux ou fort, de se frayer un chemin jusqu'au sommet. J'ignore à quelle catégorie j'appartiens, mais je refuse de rester dans les sections les plus basses d'une société stratifiée. Suis-je assez clair ? La guerre froide et l'équilibre de la terreur ont conduit à un désarmement global sans pour autant supprimer les conflits armés. A défaut d'affrontement entre états, les... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2015

La Ménagerie de Papier de Ken Liu

Découvert l'année dernière dans le Bifrost n°75, c'est avec plaisir que j'ai renoué avec Ken Liu via ce recueil de nouvelles. Au programme une vingtaine de textes, dont quelques uns très courts, dans l'ensemble des plus réussis même en recyclant des thème déjà vu chez d'autres auteurs. "Ces images sont-elles totalement authentiques ? Je n'en sais rien. Je les ai retrouvées floutées par le filtre d'un esprit d'enfant et les souvenirs que partagent les autres survivants ont dû les souiller, les teinter, les compliquer. Nos mémoires... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 juin 2015

Origines de Laurence Suhner

Conclusion de la trilogie QuanTika de Laurence Suhner, Origines déstabilise par son changement de contexte, les protagonistes survivants étant désormais à l'intérieur du Grand Arc, dont l'environnement tranche radicalement avec le contexte hyper technologique des humains et la désolation glacée de Gemma... Devant lui se déroulait, par strates, une nature sauvage : arbres gigantesques aux allures de conifères, fougères ; palmiers tricornes ployant sous leurs grappes de fruits colorés. Partout des lianes enserrant des troncs... [Lire la suite]
Posté par efelle à 14:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mai 2015

Roche-nuée de Garry Kilworth

Une catastrophe lointaine, les océans se sont retirés, un atoll coralien est devenu un éperon rocheux dressé au milieu d'un désert de sel. Une oasis de vie au milieu de nulle part. Un petit havre pour ses habitants : les Familles. A la cime de son tronc oscillant se trouvait le nid d'un grand prédateur : l'épervier aux serres aiguisées. Un univers. Un monde tout entier, comme Roché-Nuée. Ses créatures devaient le croire éternel, invincible. Mais il s'écroula en un seul jour. On l'abattit parce qu'il gênait l'humanité. Si vous avez... [Lire la suite]
Posté par efelle à 01:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 avril 2015

Il faudrait pour grandir oublier la frontière de Sébastien Juillard

La Bande pouvait rendre un Juif presque fou, parce que la peur enflait à chaque doute, quand elle n'en créait pas. Une peur du passé qui était la somme des erreurs, des fragilités. Des gestes fous, de ceux aussi qui répondaient aux ordres, mais qui salissaient les mains d'un sang égal. Alors Keren faisait la chasse aux siens. A peine se montraient-ils à la frontière qu'elle taillait dedans, au plus épais, toute féroce et effrayée qu'elle pût être dans ces instants. Elle refusait de laisser Gaza devenir cette angoisse qui poussait... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 avril 2015

Chroniques du Pays des Mères d'Elisabeth Vonarburg

Les Béthély ont une façon très 'objective", par exemple, de traiter le problème de la mortalité infantile, la même à peu près que partout ailleurs en Litale et que je continue à trouver... révoltante. Elles ont conservés plus de coutumes des Ruches qu'elles ne voudraient l'admettre. Les enfantes sont élevées à l'écart, en garderie jusqu'à sept années, comme chez les Juddites les plus strictes. "Mosta", non-personnes, jusqu'à sept années (elles ne savent même pasc e que ça veut dire avant de sortir des garderies). Pratiquement pas... [Lire la suite]
Posté par efelle à 15:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 avril 2015

L'éveil du Léviathan de James S.A. Corey

La loi en vigueur dans tout le système solaire était sans équivoque. Dans un environnement aussi hostile à la vie que l'espace, l'aide et la bienveillance de vos congénères humains n'étaient pas en option. Par sa seule existence, le signal de détresse obligeait le vaisseau le plus proche à venir porter assistance à son émetteur. Ce qui ne signifiait pas que cette loi était universellement appliquée. Le Canterbury était en charge maximale : plus d'un million de tonnes de glacce soumis à une accélération progressive pendant le mois... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:42 - - Commentaires [9] - Permalien [#]