24 septembre 2007

Jack Barron et l’éternité de Norman Spinrad

« La curiosité, la fascination, la peur et le mépris se nouaient dans son estomac lorsque Sara Westerfeld descendit de l’automobile arrêtée devant l’entrée du Complexe central d’Hibernation de Long Island. Un temple, se dit-elle éblouie par la blancheur du gigantesque édifice dédié à la mort. Un temple égyptien ou aztèque où les prêtres rendent un culte au dieu de la laideur et prient pour se concilier les idoles à tête de serpent dans l’espoir de conjurer le dieu sans visage auquel ils continuent à rendre hommage... [Lire la suite]
Posté par efelle à 23:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 septembre 2007

Darwinia de Robert Charles Wilson

« L’adolescent posait la main sur l’Europe, recouvrant des indications dépassées. Terra incognita. Les publications de Hearst, emboîtant le pas au regain religieux national, appelaient parfois ironiquement le nouveau continent « la Darwinie », pour donner à entendre que le miracle avait jeté le discrédit sur l’histoire naturelle.Il n’en était rien, Guilford en avait l’intime conviction, bien qu’il n’osât en parler. Pour lui, il ne s’agissait pas d’un miracle, juste d’un... [Lire la suite]
Posté par efelle à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2007

BIOS de Robert Charles Wilson

« Ce qui faisait entre autres de la planète une vaste et nouvelle pharmacopée. L'essentiel du financement de l'exploitation de Yambuku provenait d'ailleurs des collectifs pharmaceutiques chapeautés par le Trust des Travaux. Cela n'allait pas sans poser de problèmes : il fallait ainsi justifier auprès des comptables du Trust tout ce qui sortait de Yambuku. Nulle trace, ici, pour la science pure, on le faisait clairement comprendre aux employés d'origine kuiper. Hayes était particulièrement apprécié des Trusts,... [Lire la suite]
Posté par efelle à 11:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 septembre 2007

Le festival des macchabées d’André Héléna

« Ils avaient cet air vache de brutes obstinées, prêtes à tout et méfiantes, ayant toujours l’impression qu’on se fout d’eux, avec un regard traqué, qui tournait autour de la pièce et se posait sur tout le monde sans voir personne. Mais le simple effleurement de ces regards glacés suffisait à serrer les tripes à chaque mec. »  Suite directe « Des Salauds ont la vie », ce roman est bien nommé : les morts pleuvent.L’histoire repart quelques mois après la fin du volume précédent mais le style a quelque... [Lire la suite]
Posté par efelle à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2007

Les salauds ont la vie dure d’André Héléna

« Déjà qu’en temps normal Lyon, c’est la ville la plus moche et la plus sinistre que je connaisse, alors maintenant, sous la botte allemande, elle battait tous les records. Sinistre qu’elle était, la ville, enfoncée dans le cafard, comme dans la ouate sale de ses brouillards, hantée d’ombres furtives qui suivaient les trottoirs, la tête basse, vêtues de sombre, avec des gueules hargneuses, allant on ne sais où, faire on ne sais quoi, avec des airs de mystère qui leur allaient comme des pantoufles à un chat. »  ... [Lire la suite]
Posté par efelle à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2007

Le Royaume blessé de Laurent Kloetzer.

Il y a quelques années, j’ai lu l’excellent « La Voie du cygne » de Laurent Kloetzer. J’avais beaucoup apprécié, la publication du Royaume blessé l’année dernière a rappelé cet auteur à mon bon souvenir. C’est à cette occasion que l’intégralité de ses œuvres a atterrie dans ma pile à lire et je dois dire qu’à la lecture de ce roman je ne le regrette pas. Le décor dans lequel se déroule, l’histoire d’Eylir Ap’Callaghan est un monde imaginaire, largement inspiré du notre où s’opposent les clans keltes à... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2007

La Pyramide de feu d’Arthur Machen

« Inutile de vous ennuyer avec un exposé détaillé des épreuves qu’il m’a fallu traverser pour aboutir à cette conclusion ; quelques expériences simples m’ont inspiré un doute sur ce qui était alors mon point de vue et une suite de pensées découlant de circonstances relativement futiles m’ont entraîné très loin ; ma conception de l’univers a été balayée et je suis resté là dans un monde qui me paraissait aussi étrange et terrifiant que pouvaient paraître les vagues de l’océan Pacifique déferlant à perte de vue quand on... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 août 2007

La Horde du Contrevent d’Alain Damasio

« Le village, enfin le tas de dunes, est à trois cent mètres sur  la droite.  Les puisards sont les seuls survivants que nous ayons croisés depuis ce matin et ils étaient à ce point hébétés qu’ils n’ont pas compris qui nous étions, ni ce que nous demandions : un peu d’eau non souillée, une chaise où s’asseoir, un pan de mur encore droit où adosser nos plaies. Il faut les comprendre. Les dégâts sont immenses : maisons détruites jusqu’aux meubles, vélichars, éoliennes… Parfois tout a été embarqué. Quelques... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 août 2007

Harry Potter and the Deathly Hallows

Comme les années précédentes, il n’y avait pas besoin de commander le dernier Harry Potter malgré le battage médiatique qui suggérait des possibilités de pénurie. J’ai trouvé mon exemplaire à mon retour de vacances à l’hypermarché du coin à côté d’une promotion pour des raviolis. Plus sérieusement. Harry Potter and the Deathly Hallows est donc le dernier épisode de la série mais aussi le plus sombre. Les morts s’accumulent et le désespoir se propage énormément. « He had never thought to ask... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2007

Le Mage de Gene Wolfe

Vous avez tous du travail. J’en ai pleinement conscience. J’ai du travail, et je m’efforce de le faire. Je suis moins inquiet que pensif. Nul ne réfléchissait guère au Sciel… et moi le dernier. Le Père des Batailles, la Dame et Thunor étaient très sages, cela nous suffisait. Nous les servions à la moindre occasion, autrement nous mangions, nous buvions, nous joutions et nous chantions. A présent, il n’y a plus personne pour réfléchir à ma place, et je me posai la question : Le Père des Batailles l’avait-il prévu ?  ... [Lire la suite]
Posté par efelle à 17:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :