28 octobre 2007

Radieux de Greg Egan

« Une heure plus tard, j’étais si nerveux qu’il tenait du miracle que je ne me sois pas encore fait sauter le pied. Je déchargeai le revolver puis m’assis pour jouer à la roulette russe avec le barillet vide. En dépit de tout, je n’étais toujours pas prêt à mettre une balle dans la tête de quiconque au nom de la défense des axiomes de la théorie des nombres. »   Second recueil de Greg Egan et très bonne surprise : les nouvelles plongeant au cœur de la science sont moins nombreuses et seule une d’entre elles m’a laissé... [Lire la suite]
Posté par efelle à 11:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2007

Deadwood de Pete Dexter

« Bill et Charley étaient à Deadwood depuis quatre jours quand le Mexicain arriva en ville, avec la tête d’un Indien. Il la tenait en l’air, pour que les paquets de boue qui giclaient des sabots de son cheval ne viennent pas la souiller, en poussant un cri mexicain. Il alla jusqu’au fond du bas-quartier, revint dans le centre. C’était l’évènement le plus marquant depuis le passage des chariots, aussi mineurs et voyous escortèrent-ils le Mexicain dans ses aller et retour, en imitant son cri. »  Deadwood, ville... [Lire la suite]
Posté par efelle à 11:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 octobre 2007

Le goût de l’immortalité de Catherine Dufour

« D’innombrables générations de femmes ont, à travers les siècles, laissé leurs yeux sur des ouvrages minutieux et mal payés. Ma mère me paraissait atteindre une stature historique, celle de la femme veuve qui reprise patiemment la survie de sa famille à la lueur d’une chandelle. La chandelle était halogène mais ça ne changeait rien à cette détresse alimentaire, ni à son inextinguible patience. L’humanité doit tout à ces parques obscures qui ont nourri leurs enfants maille après maille, puis tiré leur suaire sur... [Lire la suite]
Posté par efelle à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2007

Un monde d’azur de Jack Vance

« Il entra dans le bungalow et se versa une coupe de vin, puis retourna rêvasser sur le banc. La sérénité du ciel et le calme des eaux l’apaisèrent et il finit même par sourire de sa propre véhémence jusqu’au moment où, son regard venant se poser sur l’endroit dévasté dernièrement par le Roi Kragen, sa mauvaise humeur le reprit de plus belle.Il observa pendant quelques instants les signaux lumineux et cela ne fit que le confirmer dans son opinion que le style de Zander toujours fort dépouillé se desséchait à ... [Lire la suite]
Posté par efelle à 12:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2007

Le grand dieu Pan d’Arthur Machen

« Mais ses pensées devenaient confuses. Les hêtres s’étaient transformés en houx : çà et là une vigne serpentait de branche en branche, déployant ses pampres ou la pourpre des grappes, et le feuillage arpenté d’un olivier sauvage contrastaient parfois avec les houx obscurs. Clarke, dans les replis de son rêve, avait conscience que cette route l’avait mené de la maison paternelle à une contrée inconnue, et il en admirait l’étrangeté, quand soudain, effaçant l’été, ces parfums et ces murmures, un silence infini sembla tomber... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2007

Blind Lake de Robert Charles Wilson

« Il savait très bien que, selon toute probabilité, il se trouvait face à sa dernière chance de sauver sa carrière de journaliste. Restait à savoir s'il voulait saisir cette chance. Comme l'avait souligné Elaine, d'autres options s'ouvraient à lui. L'alcoolisme ou la toxicomanie, par exemple, qu'il avait côtoyés d'assez près pour en comprendre l'attrait. Il pouvait également accepter un emploi de rédacteur de publicités ou de manuels techniques et avancer incognito jusque dans une cinquantaine paisible et... [Lire la suite]
Posté par efelle à 16:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2007

La Planète Géante de Jack Vance

« Il y avait de la place pour d’autres minorités… et de la place en quantité illimitée. Tous ont donc émigré : les sociétés misanthropes, les cultes, les primitivistes, les communistes, les monastères, voire de simple particuliers. Quelquefois, ils ont bâti des villes, quelquefois ils ont vécus isolés… à quinze cents, trois mille, dix mille kilomètres de leur plus proche voisin. Les gisements de minerais utiles sont inexistants sur la Planète Géante ; la civilisation technologique n’avait aucune chance de démarrer, et la... [Lire la suite]
Posté par efelle à 18:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2007

Jack Barron et l’éternité de Norman Spinrad

« La curiosité, la fascination, la peur et le mépris se nouaient dans son estomac lorsque Sara Westerfeld descendit de l’automobile arrêtée devant l’entrée du Complexe central d’Hibernation de Long Island. Un temple, se dit-elle éblouie par la blancheur du gigantesque édifice dédié à la mort. Un temple égyptien ou aztèque où les prêtres rendent un culte au dieu de la laideur et prient pour se concilier les idoles à tête de serpent dans l’espoir de conjurer le dieu sans visage auquel ils continuent à rendre hommage... [Lire la suite]
Posté par efelle à 23:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
19 septembre 2007

Darwinia de Robert Charles Wilson

« L’adolescent posait la main sur l’Europe, recouvrant des indications dépassées. Terra incognita. Les publications de Hearst, emboîtant le pas au regain religieux national, appelaient parfois ironiquement le nouveau continent « la Darwinie », pour donner à entendre que le miracle avait jeté le discrédit sur l’histoire naturelle.Il n’en était rien, Guilford en avait l’intime conviction, bien qu’il n’osât en parler. Pour lui, il ne s’agissait pas d’un miracle, juste d’un... [Lire la suite]
Posté par efelle à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2007

BIOS de Robert Charles Wilson

« Ce qui faisait entre autres de la planète une vaste et nouvelle pharmacopée. L'essentiel du financement de l'exploitation de Yambuku provenait d'ailleurs des collectifs pharmaceutiques chapeautés par le Trust des Travaux. Cela n'allait pas sans poser de problèmes : il fallait ainsi justifier auprès des comptables du Trust tout ce qui sortait de Yambuku. Nulle trace, ici, pour la science pure, on le faisait clairement comprendre aux employés d'origine kuiper. Hayes était particulièrement apprécié des Trusts,... [Lire la suite]
Posté par efelle à 11:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :