15 novembre 2015

Batman Des ombres dans la nuit de Jeph Loeb et Tim Sale

Recueil de plusieurs récits de l'homme chauve souris par les auteurs de The Long Halloween et Dark Victory. Les trois premiers reprennent la thématique d'Halloween surtout Peurs, sans doute le plus réussi des trois, qui oppose Batman à l'épouvantail et au doute. Alors, que le psychopathe lui mène la vie dure, Wayne noue une idylle qui lui donne envie d'autre chose, de jeter l'éponge. Une histoire cruelle et bien menée, même si assez classique, qui se dévore. Un excellent moment. Folies met en scène le Chapelier Fou et la fille... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2015

Le petit déjeuner des champions de Kurt Vonnegut

A l'approche de mon cinquantième anniversaire, j'avais été de plus en plus furieuxet perplexe face aux décisions idiotes que prenaient mes concitoyens. Et puis j'avais soudain fini par les prendre en pitié, car j'avais compris avec quelle innoncence et quel naturel ils se conduisaient de manière si abominable, avec des conséquences si abominables : ils faisaient de leur mieux pour vivre comme les personnages qu'on rencontrait dans les histoires. Voilà pourquoi les Américains se tiraient si souvent dessus : c'était un procédé... [Lire la suite]
Posté par efelle à 11:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 novembre 2015

Trois oboles pour Charon de Franck Ferric

Le nautonnier repousse sa capuche et en sort une caboche fripée et totalement glabre, veinée des stries maladives, qui fait songer à une figue gâtée et ratatinée, passé à la chaux. Ses oreilles déchiquetées ont l'air d'avoir été rongées par des rats, et l'ombre sous ses yeux noirs a recueilli tout l'abattement de leur propriétaire pour y dessiner la topographie de deux fosses miniatures. Il tend sans enthousiasme une longue main pâle et calleuse, griffue d'ongles interminables. Dans sa paume flétrie ouverte, il y a des signes tracés... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 novembre 2015

Transmetropolitan Année quatre de Warren Ellis et Darick Robertson

Comment définir Spider Jerusalem, l'anti héros de Transmetropolitan ?  En reprenant la préface de Darren Aronofsky tout simplement :"Dès les premiers mots, j'avais compris : vulgarité + rage + révolution + cynisme + drogues + clopes + vérité + justice - retenue = Spider Jerusalem." Dans cette quatrième année, le journaliste remonté et traqué rebondit et titille le président en place en mettant en évidence ses petites magouilles. Las, plutôt que de gêner le politicien psychopathe, celui lui ôte toutes inhibitions et les... [Lire la suite]
Posté par efelle à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2015

Abattoir 5 ou la croisade des enfants de Kurt Vonnegut

S'il est tellement succinct, confus et discordant, mon cher Sam, c'est qu'il n'y a rien de raisonnable à dire d'un massacre. Tout le monde est censé mourir pour ne plus jamais désirer ou affirmer quoi que ce soit. Tout se doit d'être silencieux au lendemain d'une boucherie, et l'est en fait, les oiseaux exceptés. Que chantent donc les oiseaux ? Ce qu'on peut chanter à propos d'un carnage, des choses comme "Cui-cui-cui ?" Récit du carnage de Dresde, vécu par Kurt Vonnegut alors prisonnier de guerre. Comme ainsi au second chapitre,... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 octobre 2015

Okko, Le cycle de la terre de Hub

Pour éviter la guerre des clans qui règne dans les plaines, Okko et ses compagnons s'aventurent au nord espérant passer les montagnes vers des contrées plus calme. Alors qu'il recrute la budoka, Fauche-le-vent, en tant que guide, un guerrier apeuré vient vers lui. Alors qu'il délivre un message inquiétant, l'homme est promptement assassiné par un couple de moines étranges aux pouvoirs spectaculaires et mortels. Okko reprend alors la quête du défunt à son compte et entend en apprendre plus sur cette étrange secte... ...et... [Lire la suite]
Posté par efelle à 13:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 octobre 2015

Les nefs de Pangée de Christian Chavassieux

Les veilleurs de Basal remarquèrent alors l'alignement des nefs dépareillées, voiles déchiquetées et haubans en capilotade. Elles laissaient pendre au flanc les cordes nouées dépourvues de trophées, aveu des vaincus. Aux franges des lisses, là-haut, on distinguait les bustes des marins. Ils étaient silencieux et baissaient la tête. Cette course piteuse trouvait un dénouement à la hauteur de son échec. Résignés, les veilleurs embouchèrent les cors et sonnèrent les notes descendantes, quatre tons pleins de tristesse, le motif tant... [Lire la suite]
Posté par efelle à 15:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2015

Okko, Le cycle de l'eau de Hub

    Okko est un ronin reconvertit dans l'élimination de monstres d'un orient de fantasy. Alors qu'il encaisse le salaire pour sa dernière chasse, ses compagnons, Noburo, le mystérieux colosse masqué et Noshin, le moine alcoolique sont pris dans l'attaque d'une bande de pirates...   Malgré la soif de revanche de Noburo, Okko souhaite rester en dehors de cette affaire. Jusqu'au moment où Tikku, la narrateur, se voue à Okko en échange du sauvetage de la geisha Petite Carpe, sa soeur. Commence alors une traque et... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 octobre 2015

J'ai tué Philippe II de Macédoine d'Isabelle Dethan

L'enième mariage de Philippe II de Macédoine irrite Alexandre qui se voit progressivement éloigné du trône par Attale, père de la mariée et conseiller de Philippe. Alors que l'impétuosité du fils, la haine d'Olympias, sa mère et l'alcoolisme de son père conduiront à une rupture, Pausanias d'Orestide garde du corps de Philippe se rapprochera d'Alexandre... Isabelle Dethan narre ici une tragédie grecque impitoyable et cynique, tant dans sa narration théatrale et prenante que dans son  épilogue. Un excellent moment.
Posté par efelle à 18:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 octobre 2015

Booming de Mika Biermann

    Au saloon, quatres hommes jouent au poker : Jack Hass, Sir Thomas Geck, Bill Gordon et Samuel Sisserfinger. Jack et Bill boivent du rhum, Sir Geck du lait de chèvre et Sam l'Idiot de l'eau. A eux quatre, ils comptent six yeux : Jack a perdy l'oeil gauche en chevauchant dans la forêt, Bill a contracté une maladie qui a rempli son orbite droite d'une matière blanche et spongieuse ; et trente-sept doigts : Hass en a perdu deux de la main gauche en pêchant à la dynamite, et Sam l'Idiota sacrifié son pouce pour sortir... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]