25 juin 2017

La Panse de Léo Henry

  Bastien, artiste dilettante, en marge de sa propre vie, se met en quête de sa soeur jumelle, ex militaire ex pompier qui ne donne plus de nouvelles à qui que ce soit. Une quête qui va l'amener dans le quartier de La Défense et lui faire intégrer une société de nettoyage. Etape obligée pour infiltrer une étrange organisation que sa soeur aurait intégrée. Deux entités dont le fonctionnement rappelle celui d'une secte... Sur l'esplanade, les stations de train, de métro et de bus crachent en continu leurs files régulières et... [Lire la suite]
Posté par efelle à 09:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 février 2016

Dragon de Thomas Day

Les patrons sont vieux, ils vivent au calme dans de grande villas au bord de la mer. Le fric vient du trafic et si y'a des vagues le trafic plonge, alors y'a pas de vague. Le fric circule comme le sang d'un athlète, vite, il irrigue toute la société. Bangkok court le cent mètres trois cent fois par jour ; c'est une ville essouflée, plus aigre que douce, trempée de transpiration, mais avec un coeur de boeuf, une pompe solide. Les touristes visitent un beau temple à midi, passent leur après-midi au centre commercial climatisé ou à la... [Lire la suite]
Posté par efelle à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2016

L'étranger mystérieux de Mark Twain

Dans un village perdu d'Autriche, un étrange individu apparaît auprès d'une poignée de garçons. Se prétendant un ange, bien que doté d'un nom et d'une ascendance tendencieux, il entend démontrer l'absurdité de la condition humaine aux jeunes gens. D'abord par des simulations de pantins doués du libre arbitre, les traitant avec une indifférence aussi cruelle que la nature puis par la suite par la manipulation des villageois. Et je sais aussi que même aujourd'hui, après des siècles d'enseignements débiles au cours desquels se sont... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 novembre 2015

Docteur Rat de William Kotzwinkle

-  Vous n'êtes que des prototypes, frères rats ! Ne comprenez-vous pas ce que cela signifie ? Un prototype n'a pas de sentiments, n'a pas de pensées. L'homme a le droit de nous manipuler, de nous affamer, de nous couper la queue. Parce que c'est la Loi ! N'avez-vous donc pas lu saint Thomas d'Aquin ? Les animaux n'ont pas d'âme. Docteur Rat est un rat de laboratoire, castré puis envoyé inlassablement parcourir un labyrinthe il a sombré dans la démence, le tout accompagné d'un syndrôme de Stockholm... Depuis Docteur Rat arpente... [Lire la suite]
Posté par efelle à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2015

Trois oboles pour Charon de Franck Ferric

Le nautonnier repousse sa capuche et en sort une caboche fripée et totalement glabre, veinée des stries maladives, qui fait songer à une figue gâtée et ratatinée, passé à la chaux. Ses oreilles déchiquetées ont l'air d'avoir été rongées par des rats, et l'ombre sous ses yeux noirs a recueilli tout l'abattement de leur propriétaire pour y dessiner la topographie de deux fosses miniatures. Il tend sans enthousiasme une longue main pâle et calleuse, griffue d'ongles interminables. Dans sa paume flétrie ouverte, il y a des signes tracés... [Lire la suite]
Posté par efelle à 21:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 octobre 2015

Booming de Mika Biermann

    Au saloon, quatres hommes jouent au poker : Jack Hass, Sir Thomas Geck, Bill Gordon et Samuel Sisserfinger. Jack et Bill boivent du rhum, Sir Geck du lait de chèvre et Sam l'Idiot de l'eau. A eux quatre, ils comptent six yeux : Jack a perdy l'oeil gauche en chevauchant dans la forêt, Bill a contracté une maladie qui a rempli son orbite droite d'une matière blanche et spongieuse ; et trente-sept doigts : Hass en a perdu deux de la main gauche en pêchant à la dynamite, et Sam l'Idiota sacrifié son pouce pour sortir... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2015

Nous allons tous très bien, merci de Daryl Gregory

  Des expériences traumatisantes tout droit sorties de films d'horreur, voilà ce qu'ont vécu les patients réunis en thérapie par le Docteur Jan Sayer. Victimes sauvées in extremis ou vainqueurs de la bête, ils n'en sont pas sortis indemnes loin de là... Les autres ? Pas question qu'Harrison s'aventure sur ce terrain. D'après ce que lui avit dit Jan, tous avaient subi des expériences traumatisantes plus ou moins similaires, et tous y avaient survécu. Si les autres avaient traversé une fraction des saloperies que Harrison avait... [Lire la suite]
Posté par efelle à 10:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 août 2015

Charognards de Stéphane Vanderhaeghe

Un journal retrouvé bien plus tard et étudié comme une curiosité... Récit étrange, délivré par un narrateur restant soigneusement en retrait, veillant à ne pas trop se révéler. Histoire d'une prolifération d'oiseaux charognards : corbeaux, freux, corneilles, choucas dans un petit village. Les oiseaux s'installent pas hostiles mais omniprésents, de plus en plus nombreux, peuplant le village de silhouettes noires. N'empêche - quand nous sommes rentrés de cette balade en forêt, l'un d'eux s'était posé sur le panneau d'entrée du... [Lire la suite]
Posté par efelle à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2015

Avaler du sable d'Antônio Xerxenesky

Cependant, à cause de l'émotion, j'ai commencé mon récit au mauvais endroit. Je vais revenir en arrière d'environ une semaine, un mois. A l'époque où Martin Ramirez vivait et respirait encore, bien avant que le chaman crie quoi que ce soit. Je reprendrai l'intrigue du début, à partir du sable, le sol éternel de Mavrak. A partir de la nuit, car elle tombe avec le trépas du jour, pour tous les hommes, omniprésente et inéluctable. Un vieil homme seul entreprend de coucher sur la papier le récit d'un moment marquant du passé de ses... [Lire la suite]
Posté par efelle à 19:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mai 2015

Chants du cauchemar et de la nuit de Thomas Ligotti

"Quoiqu'il en soit, il ne m'a pas décrit les choses avec un luxe de détails ignobles, comme on pourrait le penser. Lorsqu'il a mentionné "le plus mémorable de ses petits jeux", il l'a fait avec une très grande nostalgie, une sorte d'émerveillement intense, aussi choquant que cela puisse me sembler à présent. Il ressentait visiblement une sorte de mal du pays - bien que le "pays" en question ne soit qu'un misérable taudis sécrété par son esprit pourrissant. Sa psychose a de toute évidence engendré une effroyable contrée magique dont... [Lire la suite]
Posté par efelle à 18:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]