img601

Pao est une planète pauvre et surpeuplée, dont la population a développé un stoïcisme pour endurer ses rudes conditions de vie. L'apathie et la grève générale sont les seuls moyens de révolte qu'elle emploie quand l'autocrate en place, le panarque, perd sa faveur... Alors que le panarque Aiello entendait prévenir une invasion barbare imminente, il est assassiné par son frère Bustamonte. Avant qu'il ne puisse éliminer son neveu Béran, l'héritier du titre, Palafox un conseiller extérieur à Pao, sauve le gamin et l'emmène sur son monde d'origine. Au pouvoir mais sans légitimité, Bustamonte doit faire face à la redoutable résistance passive du peuple et ne peut mener à bien aucune des réformes envisagées par son frère avant que les vaisseaux barbares n'arrivent...

En conséquence, Eban Buuzbek, hetman des Brumbos, rassembla une centaine de vaisseaux, les chargea de guerriers, et se lança à la conquête de la grande Pao.

Peut-être, à l'origine, ne prévoyait-il qu'une simple incursion : un atterrissage, une attaque brutale, un rapide pillage, et voilà tout... mais, une fois la ceinture extérieure de détecteurs franchie, il ne rencontra qu'un semblant de résistance, puis lorsqu'il se pose sur le Vidamand, le continent le moins peuplé, il n'en rencontra plus du tout. C'était un succès qui dépassait les espoirs les plus fous !

Humilié puis soumis à verser un tribut, Bustamonte est maintenu au pouvoir. Pour pouvoir briser le joug, il faut changer les paonais, trop fataliste de nature. Bustamonte n'aura d'autre choix que de se tourner vers Palafox et se soumettre tant aux exigences exorbitantes qu'à ses plans novateurs et mégalomaniaques.

- Néanmoins, reprit Bustamonte avec obstination, il me faut savoir comment vous vous proposez d'amener ces changements... vous ne devez pas oublier que les Paonais résistent au changement plus résolument encore qu'à la venue de la mort.

- Voilà pourquoi nous devrons adapter la struture mentale des Paonais - du moins chez certains d'entre eux -, ce que nous obtiendrons plus facilement en adaptant le langage.

Bustamonte secoua la tête. "Cette méthode me paraît par trop indirecte et précaire. J'avais espéré..."

Palafox l'interrompit d'un ton incisif. "Les mots sont des outils. La langue est une structure, et elle définit la façon dont on utilise ces mots-outils."

Et tandis que Palafox tout en servant Bustamonte, pousse patiemment ses pions, Béran grandit et ai initié aux sciences sociales en vigueur sur Frakha, la patrie de son sauveur. Ce dernier comptant bien utiliser le jeune homme pour le jour où Bustamonte se révélera gênant. Béran, héros vancien typique, devra s'affranchir de son encombrant mentor, faire valoir ses droits puis mener son peuple vers de nouveaux horizons.

Un roman mené tambour battant par Jack Vance, qui ne s'encombre pas trop de détails pour privilégier une intrigue prenante et divertissante. Le pari est réussi et on ne peut que regretter que les concepts linguistiques n'aient pas été plus approfondis. Sans nul doute un de ses meilleurs romans et un très bon moment.

L'avis de Nébal.