img568

Brin-de-fougère fut élevé à l'ouest du bois, là où la peur était un vilain mot et le sang versé (pourvu que ce fut celui d'autrui) une occasion de se réjouir. Les taupes de ce côté-là étaient brutales, et Teigneux la plus brutale de toutes. Cela signifiait que les enfants de sa compagne avaient beaucoup à souffrir, tant en matière de combats que de brimades, d'attaques surprises, et plus généralement de mauvais traitements. Les jeunes y apprenaient l'art de la défense et de l'agression à l'école la plus dure de tout Duncton.

Le bois de Duncton, une colline boisée au sommet de laquelle se dresse un monolithe de pierre, une faune somme tout classique et des taupes... Si le réseau de ces derniers était culturellement sur le déclin depuis quelqu'un temps, le phénomène s'est accélérer avec la venue de Mandrake, une énorme taupe des montagnes galloises, et sa prise de pouvoir. Les plus brutaux ou vicieux des anciens l'ont rallier tandis que les autres ont du plier. Ainsi commence la saga de Rebecca, Brin-de-Fougère et Boswell...

Rebecca est la fille de Mandrake, jeune taupe éprise de liberté, curieuse et exubérante, elle sera fréquemment brutalisée par son père dictateur irascible... Brin-de-fougère de son côté est l'avorton de la portée de la compagne de Teigneux, le gros bras de Mandrake, un sort guère enviable à celui de Rebecca. Alors que celle-ci restera longtemps sous la coupe de son père, le second s'affranchira de ses parents et decouvrira une autre vision du monde auprès de Bois-de-houx, le doyen des anciens et dernier tenants du culte de la Pierre. Culte que Mandrake entend bien éradiquer...

Tant Brin-de-fougère que Rebecca suivront des voies qui les mèneront à s'opposer à Mandrake. Une opposition qu'ils paieront au prix fort et qui leur coûtera énormément mais les lançeront sur des voies hors du commun des taupes jusqu'à rencontrer Boswell, un mâle infirme du lointain réseau de scribes d'Uffington.

Son goût pour les spectacles sanglants ne l'avait cependant pas abandonné. Tandis que les autres poussaient des oh ! et ah ! à la vue du hibou, que Rune lui jetait des regards apeurés, Mandrake, lui, n'hésita pas. Il marcha droit sur lui, plongea sa patte droite, toutes griffes dehors, dans la poitrine déchirée de l'oiseau et se barbouilla la tête de son sang. Puis, se tournant vers l'assistance, il regarda chacun tour à tour et se mit à rire. Cela les bouleversa et les épouvanta. On aurait dit qu'ils le croyaient maintenant capable de faire peser sur eux la malédiction du rapace. Après quoi, il se lécha les griffes avec délice et d'un coup violent heurta l'aile pendante du hibou, de telle sorte que le corps tomba à terre dans un bruit sourd.

"Fantasy avec des taupes" (librairie Scylla TM), Le bois Duncton dresse une saga sombre et grandiose, le tout avec un anthropomorphisme bien dosé. L'univers de ses taupes est cruel, tant du fait de ses prédateurs (dont l'être humain), de la puissance des éléments que de la violence de leurs moeurs... Si le contexte religieux est assez pesant au début de cet énorme roman, il prend son sens sur la longueur. Cette saga fleuve offre tant son lot de joie que d'horreur, loin de tout manichéisme ses protagonistes vont s'aimer, souffrir, triompher, s'égarer à de multiples reprises lors de leur long cheminent vers une forme de sagesse.

Ils découvraient en lui quelqu'un d'étrange, de farouche, dont le regard annonçait une perte cruelle, mais dont l'énergie était si grande que nul n'osait se mettre au travers de sa route. Au passage, il demandait peu et parlait moins encore. Il se contentait de leur dire qu'il s'appelait Brin-de-Fougère de Duncton, qu'il était allé au Siabod et qu'il se rendait à Uffington. Eux s'interrogeaient : était-ce un scribe ? quelqu'un de peu commun sans doute, mais sous quel rapport ?

La lecture de ce gros roman demande du temps mais le mérite amplement. L'histoire livrée ici William Horwood se suffit à elle même, tant les destininées de Rebecca et Brin-de-fougère sont denses et pleines de rebondissements. Malgré quelques longueurs au début de chaque partie, le récit reste passionant et plein de surprises, les personnages évoluant énormément pour le pire et le meilleur. Une saga qui n'a rien à envier à celles mettant en scène des humains, un très bon moment.

L'avis de Nébal.