img384

Quelques minutes plus tard, le train emprunte le vieux pont en granit pour traverser le Stoun. D'ici, on domine la rivière d'une dizaine de mètres - là où elle s'élargit vers le bassin de retenue - suffisamment pour avoir une vue dégagée sur les prairies inondables, les marais salants et les tourbières qui cernent les quais et le port. Derrière, on aperçoit la ville, masse hétérogène de bâtiments gris, de flèches et de tours, bordée par l'estuaire plat et brillant, à peine terni par l'ombre des nuages et les ondulations du vent. A l'est, la silhouette du pont routier se découpe sur l'horizon, haute strutucture scintillante au-dessus d'un éclair argenté. La mer.

Stonemouth, Ecosse, son terminal pétrolier, son pont suspendu, ses deux familles de contrebandiers et trafiquants de drogue, les Murston et les McAvett, une petite ville sans histoires ou presque.

Proche du patriarche Murston, récemment décédé, Stewart Gilmour, en exil forçé depuis cinq ans, a été autorisé à revenir pour quelque jours, le temps de l'enterrement. Issue d'une famille très proche des McAvett, Steve s'était lié au cours de son adolescence à Joe Murston puis à sa petite fille, Ellie. Un incident a provoqué la rupture et la haine farouche du père et des frères d'Ellie à son encontre. Exceptionnellement tout est pardonné, le temps d'un week-end, en théorie... L'occasion pour Steve de revenir sur les lieux de son adolescence, de reprendre contact avec des amis perdus de vue, de faire la fête comme autrefois et de ressasser ses souvenirs.

Tout est comme avant. Rien ne bouge, en fait. J'éprouve tout de même des sentiments mitigés. D'un côté, c'est bon de revenir ici, de tout retrouver à sa place, comme si je n'étaits jamais parti, mais de l'autre, j'ai comme une sensation... de contrainte. Les mêmes endroits, les mêmes bars, les mêmes pubs du vendredi soir, les mêmes personnes, les mêmes conversations, les mêmes disputes, les mêmes attitudes. Cinq ans d'absence et rien ne semble avoir changé. J'ignore si c'est bien ou pas.

De rencontres en réminiscences, le tableau prend forme par petites touches. L'ambiance et le passé de Stonemouth se dévoilent, de même que quelques drames passés, des rancoeurs, des regrets, Ellie...

L'éventail des personnages est vaste de l'extravagant Ferg ou du menaçant mais subtil Powel Imrie à la fratrie violente et directe des Murston en passant par la vénéneuse Grier ou Ellie indécise et équivoque...

C'est un dimanche soir humide et nuageux, on dirait plus le début de l'automne que la fin de l'été, et j'ai vingt-six ans, putain, j'ai vingt-six ans et je retourne chez papa maman pour le thé. Après avoir été embêté et frappé par les grands, en plus. Pathétique. Je n'aurais pas dû revenir.

Entre spleen et espoirs, Steve revient donc dans son Ecosse natale, au sein d'une ville pleine de secrets, de non dits et de tension sous-jacente... La gallerie de personnages est magnifique, les personnages prennent vie, de l'ampleur et de la complexité au fil des pages, on s'attache à ce petit monde. Un roman qui se lit calmement au rythme posé de la narration jusqu'à l'emballement final. Un très bon moment.

 

Les avis de Charybde2, Hugin & Munin, Yossarian.