img316

Ses blessures ne guérissaient jamais. En fait, elles grandissaient en même temps que lui. Du coup, les points sautaient, même ceux qui avaient été faits avec le fil très solide que sa mère utilisait. Elles le rapiéçaient comme une poupée de chiffons à laquelle on est trop attaché pour la jeter.

Peu de temps après l'apparition catastrophique des zombies aux Etats-Unis, Wanda Mayhall et ses trois filles, tombent sur le cadavre d'une jeune femme sur la route. Le cadavre tenant dans ses bras un nourrisson encore en vie, enfin, encore gigotant car celui se révèle être un zombie. Le nouveau né étant inoffensif, Wanda le recueille. Un bébé qui ne grandit pas et à peu de besoin. Toutefois quand sa trajectoire croisera celle du fils des nouveaux voisins des Mayhall, Stony commencera à grandir et gagner en maturité. Caché chez les Mayhall, il sera éduqué comme un être humain. Rapidement, il découvrira sa nature particulière mais aussi que les zombies ne sont des monstres enragés que pendant les quarante-huit premières heures de leur existence, la suite étant une existence raisonnée dans la plupart des cas. Il apprend aussi qu'ils sont impitoyablement traqués par les autorités qui craignent, plus que tout, une nouvelle épidémie.

En voulant aider une de ses soeurs adoptives à se sortir d'une soirée peu recommandable, il est découvert et doit fuir. L'occasion pour d'être recueilli par un réseau clandestin de morts-vivants. Parmi ses semblables, il découvrira une nouvelle façon d'envisager l'existence mais aussi les différents courant de pensées et factions qui les divisent. Les uns étant pour une existence en harmonie avec les vivants, les autres pour une conversion agressive de ces derniers via la contamination. Des points de vue irréconciliables provoquant de vives tensions.

Blunt ôta son chapeau et le posa sur ses genoux. "Est-ce que tu as déjà songé à... nous laisser disparaître, tout simplement ?

- J'y pense tout le temps, répondit Stony.

- Vraiment ?" Le visage calciné de M. Blunt peinait à exprimer des émotions, mais sa voix communiquait son étonnement.

" Le monde serait plus sûr sans nous, ajouta Stony.

- Pour les vivants.

- Les vivants sont le monde. Ils se reproduisent. Ils évoluent. Nous noius contentons d'exister.

- Ainsi tu les envies ? Tu es devenu un zombie qui se déteste, mon garçon. Tu nous fais une crise de milieu de mort ?"

Stony sourit. "Peut-être."

Alternant les périodes grâce à quelques ellipses bien placées, le récit réussit à se renouveler sans lasser, la tension montant au fil des époques. L'approche de Daryl Gregory à le mérite de l'originalité et dépoussière quelque peu les codes des histoires de zombies, livrant un roman très agréable et surprenant. Bref un roman prenant et efficace qui procure un bon moment.

Les avis de : Cornwall, Plume, Tigger Lilly, Blackwolf, Gromovar, Lune.