img297

 

Trop longtemps attendu, j'avais quelque peu perdu de vue ce troisième recueil de Sylvie Lainé. Le camarade Nébal m'a rappelé son existence récemment et m'a donné envie de m'y plonger. Le moins que je puisse dire est que ce livre est à la hauteur de l'attente.

Pour la première fois depuis longtemps, So-Ann a un vrai projet. Un projet suffisamment passionnant pour justifier le port de perruques bouclées et des robes à volants, et pour travailler pendant trois semaines sur Frogo6.

Est-ce parce qu'elle sait qu'elle ne va pas rester ? Rien ne la concerne ici ni ne l'intéresse vraiment. Tout lui semble artificiel et sans signification, les codes sont irréels, les conventions sociales ne sont qu'un vain tissu de mensonges absurdes.

La novella L'Opéra de Shaya constitue les deux tiers du recueil et est exceptionnel, sans doute le meilleur texte de Sylvie Lainé que j'ai pu lire à ce jour. Dans ce petit space-opera, So-Ann est une jeune femme quelque coupée du reste de l'humanité du fait de sa naissance et son enfance sur un vaisseau spatial. Elle erre désormais de monde en monde, travaillant le temps de trouver le quoi se payer le passage vers une autre planète, cherchant un lieu où elle serait à l'aise. Malheureusement, les conventions sociales artificielles et le conformisme ambiant de la poignée de mondes colonisés ou en train de l'être ne l'ont que peu satisfaite. Jusqu'à ce qu'un voyageur lui parle de Shaya, une planète quasi inconnue et peu desservie par les liaisons humaines où les représentants des autres espèces sont les bienvenus et où la faune, la flore et les autochtones s'harmonisent avec le visiteur. Visiteurs triés sur le volet et accueillis en quantité homéopathique. Bien évidemment tout n'est pas idyllique dans ce tableau et Sylvie Lainé offre un dénouement nuancé avec plusieurs pointes d'ironie... Un excellent texte alternant les ambiances et réussissant à surprendre.

Nous sommes une espèce vivante, et tout ce qui est vivant avance et marche, et bouge et se transforme. Ce qui ne bouge plus est mort.

Grenade au bord du ciel narre l'exploration d'un planétoïde visiblement artificiel orbitant autour d'une planète à la population primitive. Un texte court, marquant du fait de sa philosophie résumer en une phrase marquante. Un très bon moment.

Petits arrangements intra-galactiques est dans un registre plus léger, un transporteur échoué sur une planète éloigné cherchant désespérément de quoi se nourrir en attendant des secours. Amusant et sympathique.

Enfin Un amour de sable offre un texte magnifiquement ironique sur l'altérité et l'incompréhension entre deux formes de vie totalement différentes. D'un côté des humains étudiant du sable, de l'autre une conscience existant dans la silice à un autre rythme... Excellent.

Bref un recueil sans fausse note, une magnifique réussite qui fait le buzz.

Les avis de Nébal, Vert, Yossarian, Lorhkan, Endea, Tigger Lilly.

 

Une lecture effectuée dans le cadre du Challenge SFFF au féminin.

SFFF_au_feminin