img269

Recueil composé de nouvelles écrites à la fin des années 1970, Les rois des sables laisse transparaître le talent de George R. R. Marin et annonce le très réussi Riverdream et Le Voyade de Haviland Tuf.

Par la croix et le dragon met en scène une église catholique à l'échelle galactique, luttant pour se maintenir et écraser les hérésies qui se forment sur des mondes lointains. L'agent envoyé éradiquer une hérésie épique glorifiant un Judas, maître des dragons, sera confronté à une remise en cause de sa foi. Une interrogation efficace sur les fondements de la foi et de l'aveuglement qu'elle engendre.

Aprevères nous emmène sur un monde glaçé post-effondrement. La population semble revenu au début de l'âge du fer et survie difficilement. Une jeune femme perdue, échoue dans des ruines et sera confrontée à une "magicienne" terrée dans son étrange engin. Un texte en trois temps, tous convainquant et prenant. Une fresque des plus réussie.

Vifs-amis mélange post-humanité et un amour contrarié qui tourne à l'aigre. Un homme n'ayant pas pu suivre sa compagne dans sa métamorphose en entité énergétique, la traquera des années durant pour la rejoindre ou l'asservir... Sympathique sans plus.

La cité de pierre met en scène une bande d'aventuriers, routards de l'espace, échoués loin des mondes humains sur une escale extra-terrestre à l'organisation kafkaïenne, bâtie sur des vestiges millénaires. Sympathique sans plus.

Il n'y a aucun héros dans cette histoire.

La dame des étoiles fait dans le polar des plus sombres, à la sauce space-opéra. La trajectoire sombre d'une voyageuse dépouillée et violée par des truands, mise sur le trottoir par un autre, qui se débattra au sein de la pègre locale. Sombre, sans concession, cynique et convainquant.

Au bout du compte, certains d'entre eux moururent. Les autres survécurent.

Les rois des sables est sans contexte le texte le plus réussi du lot. Beaucoup plus sombre que son adaptation télévisée. Un riche excentrique acquiert des bestioles extra-terrestres dans un terrarium. Enchanté par leur comportement martial, il n'aura de cesse de les asticoter pour satisfaire son voyeurisme, sa soif de puissance, distraire ses proches ou gagner quelques paris. Une attitude sadique qui finira par se retourner contre lui de manière jubilatoire.

A présent que la fascination des débuts était passée. Kress passait moinds de temps autour du réservoir et s'occupait davantage de ses affaires et de sa vie sociale, mais il aimait toujours réunir quelques amis autour d'une bonne petite guerre. Il aiguillonnait les qualités martiales des rois des sables en les affamant presque sans discontinuer.

Au final, ce recueil s'avère des plus satisfaisants avec une majorité de textes marquants, une lecture des plus recommandables.

Les avis de Lorhkan et Yossarian.