boite contrees

Résurrection de la section ludique du blog car n'est pas mort ce qui à jamais dort... et plus sérieusement, je ne risque pas de me faire conspuer pour oser sortir l'appareil photo au cours d'une partie dans un jeu qui fonctionne très bien en solo...

Bref Les Contrées de l'Horreur est le petit frère d'Horreur à Arkham, jeu mythique réputé pour sa longueur ce qui n'est pas le cas de celui-ci. La boite annonce deux heures mais la durée tourne plutôt autour de deux heures, une fois les mécanismes appréhendés, et force de constater que le thème très fort permet de ne pas voir passer le temps.

Jeu coopératif menant des aventuriers qui vont tenter d'empêcher le retour d'un grand ancien, Les Contrées proposent un matériel imposant et de bonne qualité. Le système offre à chaque joueur, deux actions génériques par tour, puis un combat contre les bestioles en virée et des mini aventures, les rencontres, assez variées dans leurs nature et leurs nombres.

P1010001

Mise en place initiale, un joueur, deux personnages. Prévoir une grande table.

A chaque tour, une carte évènement aggrave la situation, voire change la donne ou l'ordre des priorités : nouveaux portails, nouveaux monstres, rumeurs "compte à rebours avant défaite"... Pour vaincre, il faut s'emparer de jetons indices et les dépenser sur les mystères à résoudre.

Le jeu est plus facile si on est plus nombreux à jouer, la gestion de l'espace étant plus aisée. Le jeu propose trois Grands Anciens bien différent à affronter, chacun amenant ses mystères, indices et embûches spécifiques.

Si notre première partie avec Darthsoso,  Le nain digne, Groquik et moi même se révéla assez facile contre Azatoth (malgré deux morts, à noter d'ailleurs l'absence d'élimination définitive tant qu'il reste des personnages à incarner sur les douze proposer), Cthulhu ce soir, lors de ma partie en solo avec deux personnages, se révéla beaucoup plus coriace (sans parler de la bestiole qui a détruit nombre d'indices), imposant pléthore de combat contre des profonds.

1

Leo Anderson, chef d'expédition bien entouré et béni mais qui ne brillera pas face aux embuscade des profonds.

L'ambiance de l'oeuvre de Lovecraft est très bien rendue, que ce soit par les textes des rencontres que par l'arsenal d'objet qu'il est possible d'acquérir : rien de tel pour l'immersion que de découvrir une mystérieuse statuette de Cthulhu quand on l'affronte (sans parler du solide stock d'indices qu'elle procure).

2

Jacqueline Fine, voyante et tueuse de monstres...

Le jeu, à l'américaine, se révèle assez chaotique et impitoyable. On jette souvent les dés et un cinq ou un six étant nécessaire pour obtenir des réussites, il vaut mieux disposer de solides bonus ou option de relance. Par ailleurs, les rencontres sont assez imprévisibles, certaines demande des indices pour être remportées, d'autres non, c'est la roulette notamment pour fermer les portails (porte d'entrée des monstres).

Les Contrées de l'Horreur offre une façon de vaincre le système et des pléthores de perdre, générant de la tension pour les équipes restreintes (à quatre c'est déjà très confortable). Notamment avec deux compte à rebours, l'un aléatoire, la piste du destin, l'autre inéluctable le paquet de carte mythes qui rythme les tours...

P1010007

Fin de partie, les deux investigateurs sont déments, Cthulhu est éveillé, un de ses rejetons est visible, la carte grouille de monstres et de portail... Misère.

Si Les Contrées de l'Horreur n'a pas emporté l'adhésion de tous au sein de notre petit groupe, il s'avère néanmoins un jeu solide, très distrayant et facilement accessible.

Test détaillé sur Tric Trac.