img221

Un peu plus d'un an après ma lecture du premier tome de cette intégrale, je suis de retour sur Omale. Au programme, un roman et sept nouvelles qui m'ont bien occupés ces quinze derniers jours.

 

La Muraille Sainte d'Omale

Une expédition, comportant des membres des trois espèces cohabitant sur Omale, s'écrase à des milliers de kilomètres de son objectif : le Landor, centre géographique de l'aire humaine replié sur lui même derrière la monumentale Muraille Sainte. Une zone de la taille d'une planète, enclose et interdite aux non humains. Une zone profondément xénophobe et bigote... Mais surtout un territoire d'où souffle un vent de panique depuis plusieurs dizaines d'années...

Trente ans auparavant, les premiers convois avaient rouvert les portes de la Muraille Sainte et s'étaient lancés sur les routes en annonçant la fin du monde. On avait cru que l'exode se tarirait de lui-même, mais il n'avait cessé de croître, se transformant en un flux migratoire se déplaçant vers les Bordures, telle l'onde circulaire générée par une pierre jetée dans un étang. Ces fuyards n'avaient non seulement jamais vu de Chiles ou de Hodgqins, mais avaient également vécu coupés du reste du monde, ayant grandi à l'ombre de dogmes xénophobes. Les colonnes interminables, harcelées par les raids meurtriers de pirates et rejetées par les villes qu'elles traversaient, s'étaient peu à peu armées de combattants qui s'avançaient pour piller et envahir.

C'est ainsi qu'un ersatz d'expédition, incluant deux chiles, franchira une des portes à l'abandon pour découvrir ce qu'il se passe dans le Landor quasi déserté. Un territoire désormais en proie à l'anarchie, les cités dépeuplées tombant sous le contrôle d'éphémère seigneurs de la guerre...

La Terre sans Fin était un immense ossuaire de villes et d'églises abandonnées. Toutes avaient en commun des fenêtres en ogive et des murs dentelés. Elles semblaient avoir été désertées en quelques minutes, comme si Héliale elle-même avait aspiré et consumé les habitants. Les portes des maisons battaient, livrant leur intérieur aux herbes folles, n'ouvrant plus qu'à des fantômes.

Un périple grandiose dans une atmosphère de fin du monde, la déliquescence s'accroissant au fur et à mesure que le groupe approchera de la source de cette panique hors norme. La gallerie de personnages est bien fournie, notamment grâce au physicien chile Haka et à Forstine, photographe humain qui sont les principaux narrateurs de cette histoire. Des caractères bien trempés mais loin de l'inoubliable et équivoque seigneur de la guerre Umdenker, qui dirige par habitude, conquiert par ennui ou orgueil et va de l'avant poussé par une curiosité insatiable...

Roman d'aventures bien mené, plein de rebondissement et de révélations quant à la nature et le passé d'Omale, La Muraille Sainte d'Omale est sans aucun doute le moment fort du cycle et le récit le plus aboutit (à ce stade des mes lectures), un excellent moment.

 

Les Omaliens

Sous cette appelation sont regroupés les sept nouvelles qui clôture cette intégrale. Sept instantanés d'une époque ou d'une situations évoquées dans les romans.

Aparanta met en scène l'arrivée des trois espèces sur Omale, mêlant l'épopée à des trajectoires individuelles, sympathique.

Jusqu'à présent, Roland n'avait vu dans la religion qu'un instrument d'assujettissement des esprits faibles. Pour sa part, il ne concevait guère de différence entre un charlatan qui faisait bouiller les oeufs du regard ou guérissait les ulcères des vaches par imposition des mains, et un prophère qui transformait l'eau en vin ou pratiquait les arts divinatoires sur un roi crédule.

Or, ce qui le rapprochait des Chiles relevait peut-être de quelque chose d'aussi intangible que la religion. Fenlis lui avait déjà confié que la matérialisme froid et intransigeant dont il faisait montre lui avait coûté des partisans. Cachait-il en fait un fond métaphysique ?

Un roseau contre le vent narre l'épopée de Roland Varesco. Une expédition en dehors de l'atmosphère de l'aire réservée aux trois rehs, sur la surface brute d'Omale. Un récit cruel qui verra un vétéran fatigué, tolérant et athée devenir le fanal d'une religion à l'opposée de ses convictions. Un très bon moment.

La Septième Merveille d'Omale nous replonge à l'époque où les affrontements entre chiles et humains n'avaient pas encore atteint leur paroxysme... Autour de la construction d'un gigantesque barrage par les chiles, deux membres d'une même famille humaine devront s'affronter du fait de leurs divergences d'opinions... Un récit cynique et cruel, montrant la face sombre des chiles de cette époque. Plaisant et sympathique.

"J'ai combattu les Chiles, j'ai servi l'humanité. Ma vie m'a filé entre les mains sans que j'en aie le moindre contrôle. Un jour, je me suis réveillé, et j'étais vieux." Il fixa son frère cadet d'un air dépourvu d'expression. "Mais je vais répondre à ta question sur ce que tu prends pour de l'insensibilité. J'ai vu une région entière rayée de la carte par une épidémie d'aculeusite, qui avait peuplé toutes les demeures de squelettes hérissés de piquants. J'ai traversé des villes cinquante fois plus importantes que Trois-Roches, écrasées sous les bombardements de nefs chiles. Votre monstre, il lui faudrait des siècles pour tuer le dixième de ce que j'ai vu."

L'affaire du Rochile transpose le mythe de la bête du Gévaudan sur Omale, l'intrigue n'est pas des plus palpitantes du fait de sa prévisiblité mais le ton fatigué et désabusé du narrateur, vétéran de plusieurs décennies de guerre contre les chiles, emporte l'adhésion. Un bon moment.

Croisées est une compilation de textes caractérisant chacune des trois rehs d'Omale et Patchwork un récit elliptique sur plusieurs années mettant en scène un médecin légiste hodgqin sur la piste d'une étrange secte, sympathique du fait de sa conclusion.

Enfin Arbitrage présente l'opposition deux seigneurs de la guerre chiles, s'opposant au cours d'une partie de fejij qui dure depuis plus de cinquante ans... Une partie qui modèle leur façon de conduire la guerre contre les humains sur les Bordures et donne lieu à des massacres déments. Un juge itinérant humain sera pris dans leur rets pour arbitrer la fin de la partie et paradoxalement celle du siège en cours. Un texte prenant et intriguant.

Cette seconde intégrale s'avère donc une excellente découverte, un approndissement des plus réussis de cet univers qu'on quitte à regret. Un très bon moment.

L'avis de Gromovar sur La Muraille Sainte d'Omale et sur les nouvelles.