img218

J'ai été source de problème dès l'instant où j'ai été conçue. J'étais une souillure. Un poison. Je l'ai compris à l'âge de onze ans, lorsque quelque chose d'étrange m'est arrivé. Cet incident à forcé ma mère à me révéler l'horreur de mon histoire.

Au sein d'une contrée africaine post effondrement deux ethnies se déchirent : les esclavagistes Nurus et les Okekes asservis, en rebellion ou vivant à l'écart dans le désert... Les Nurus puissants massacrent et violent purgeant ainsi leur territoire de tout okeke qui ne vivrait pas sous leur joug. Najiba est violée au cours du massacre de son village, son mari bien qu'ayant survécu la rejette. Elle fuit dans le désert, y survie, accouche d'une fille, Onyesonwu soit Qui a peur de la mort, cri de révolte, de rage et de revanche. L'adulte et l'enfant vive encore un temps dans le désert avant de rejoindre une communauté nuru loin du conflit. Najiba, malgré sa fille morphologiquement différente est acceptée et fonde un nouveau foyer avec un homme à l'esprit ouvert.

Si Onyesonwu et sa mère trouve un nouvel équilibre, celui ci ne dure pas, poussée par les coutumes du village et une pression sociale subtile, la jeune fille se porte volontaire pour l'excision. Une opération d'autant plus barbare qu'elle s'accompagne d'un puissant enchantement liant la libido des jeunes filles à une douleur atroce. Malgré cela, ce sera l'occasion pour l'héroïne de se lier avec les trois filles ayant subit la mutilation la même nuit. Par la suite, peu à peu consciente des pouvoirs qu'elle détient, elle se liera à Mwita, jeune homme partageant ses origines inter ethnique et disciple raté du sorcier Aro. Ce dernier acceptant finalement d'enseigner à Onyesonwu et surtout de lui faire passer la redoutable épreuve initiatique.

Voyez et souvenez-vous de nous. Nous avions tous perdu l'essentiel de notre innocence. Dans le cas de Mwita, de Binta et du mien, la totalité. Mais ce fut un jour de bonheur et de joie. Ca ne durerait pas. Juste après la Fête des Pluies, lorsque je retournai à la hutte d'Aro, mon histoire, bien qu'elle couvre encore quatre années, se mit à progresser très rapidement.

Poussée par une colère sous jacente et une soif d'apprendre, Onyesonwu finira par prendre connaissance de la prophétie qui pourrait la concernée... Devant l'imminence de l'embrasement qui menace d'éradiquer les Nurus, elle se mettra en marche pour réaliser son destin et vaincre son violeur de père, sorcier à l'initiative des massacres.

Le Grand Livre évoquait pareils endroits, des grottes pleines d'ordinateurs. Ils avaient été remisés là par des Okekes terrifiés qui tentaient d'échapper à la colère d'Ani après qu'elle avait contemplé le monde et vu les dégâts qu'ils avaient infligés. Juste avant qu'elle ne fasse venir les Nurus des étoiles pour asservir les Okekes... du moins, d'après le Livre. Cela signifiait-il que certains de ses passages étaient vrais ? Les Okekes avaient-ils vraiment remisé leur technologie dans des grottes pour la dissimuler à une déesse irascible ?

Si l'évocation de la violence par Nnedi Okorafor sonne juste et prend à la gorge, il n'en va pas de même de son histoire et de son univers. Ce dernier entre fantasy chamanique et post apocalypse est à peine évoqué, la suspension d'incrédulité ne fonctionne pas, je n'ai pas réussi à m'y immerger et en suis resté à questionner le vraisemblance de tout ceci. Un comble pour un décors de fantasy, n'est pas Jack Vance qui veut. La première partie de l'histoire n'en reste pas moins sympathique, l'enfance de l'héroïne considérée comme une proscrite fonctionnant parfaitement, de même que la partie adolescente en colère qui sonne juste, notamment pour l'impatience et l'immaturité. Par contre dès que le concept de prophétie débarque, on se retrouve avec une narration de Big Commercial Fantasy formatée, sans surprises et des plus banales. Bilan plus que mitigé, carrément décevant en ce qui me concerne, j'ai du me forcer pour terminer ce livre pourtant pas très épais... Une grosse déception.

 

Les avis de Gromovar et Cédric Jeanneret.

 

Une lecture dans le cadre du Challenge SFFF au féminin.

SFFF_au_feminin