img084

"Vous voyez, monsieur, reprit Villequin, l'assurance, c'est ce qui leur a donné tout cet argent et toutes ces terres. Et aussi ce qui les leur a fait perdre parfois, évidemment. Un des grands-oncles de dame Sybil a un jour perdu une villa et mille hectares de bonnes terres arables en ayant l'assurance qu'un ticket de vestiaire pouvait battre un brelan d'as. Il s'est fait tuer dans le duel qui a suvi, mais il était assurément mort, au moins.

- C'est du snobisme, et je n'aime pas ça", dit Vimaire.

Sybil pense depuis longtemps que Sam Vimaire, son époux, devrait prendre des vacances... Un léger appui de Vétérini, qui a suggéré la destination, transforme l'idée en décret. Et voici donc Sam Vimaire, commissaire du guet, noble par alliance, perdu dans la campagne où la seule loi connue est la volonté des aristocrates locaux, puissants propriétaires terriens. Et Sam de débarquer comme un chien dans un jeu de quilles, sa réputation suscitant la crainte des nobles. Mais la campagne n'est pas uniquement constitué de nobles, de secrets criminels, c'est aussi un autre monde qui s'il enchante le côté naturaliste du petit Sam n'en fait pas de même avec son père.

Au bout de dix minutes de marche, Vimaire était perdu. Pas physiquement mais métaphoriquement, spirituellement et péripatéticiennement. Les senteurs des haies manquaient de corps à côté des puanteurs robustes de la ville, et il n'avait pas la moindre idée de ce qui bruissait dans les broussailles. Il reconnut des génisses et des bouvillons, parce qu'il traversait souvent le quartier des abattoirs, mais ceux d'ici n'éprouvaient aucune peur, et ils l'étudièrent attentivement quand il passa près devant eux, l'air de prendre tranquillement des notes.

Après avoir changé quelques mentalités pour le plus grand plaisir de son épouse, Vimaire devient l'objet d'un complot... Le flic réintègre ses bottes et la bête est lâchée sur la région, la loi sera rétablie, les torts redressés et les meurtriers neutralisés. Même si pour cela il faudra faire quelques vagues et surfer sur la plus monstrueuse d'entre elles.

L'espace d'un instant, Vimaire regarda fixement les ténèbres, et les ténèbres à l'intérieur des ténèbres, qui lui dirent :"Tu t'amuses, hein, commissaire ? On a là le vrai Sam Vimaire : dans le noir, sous la pluie, face au danger ; et, parce que tu es flic, tu ne vas pas croire à la mort de Stratford tant que tu n'auras pas vu son cadavre. Tu le sais. Certains sont vachement durs à tuer. Tu sais que tu l'as vu éjecté de la cabine, mais il existe toutes sortes de cordages et de prises où s'accrocher sur le bateau, et le salopard était mince et agile, et tu sais, comme le jour suit la nuit, qu'il va revenir. Double danger, commissaire Vimaire, tous les pions sont sur l'échiquier, des gobelins à sauver, un assassin à cueillir... et pendant ce temps-là, quand tu t'en souviens, une femme et un petit garçon attendent ton retour.

Trente quatrième livre des annales du Disque-Monde, nouveau tome sur le Guet et Sam Vimaire, personnage attachant au possible. La recette est toujours la même, noirceur, tendresse, humour et une longue séquence d'action finale. Malgré la tout la sauce ne prend pas ce coup ci, les enjeux sont dévoilés dès le premier chapitre et la mise en place est très longue. L'histoire fait énormément référence à Jeu de Nains, mais n'a pas la tension qui animait ce tome ci. De plus les enjeux sont furieusement similaires à ceux d'Allez les mages !, la surprise et le foot en moins. Au final, Coup de tabac est un divertissement sympathique, avec des clins d'oeil à Jane Austen et Mark Twain, mais guère plus, un tome mineur des annales, clairement dispensable.