img1030

Je secouai la tête, agacé par ces souvenirs, ces souvenirs que je tentais d'occulter définitivement de mon cerveau. A cette époque-là, nous ne pensions qu'à notre fuite effrénée. Je ne soupçonnais pas qu'elle prendrait fin dans la trahison et le sang. Le mien, celui de Kahrzoa et celui d'Apeô le fou. Quant au nom de mon ancien ami shao, je ne souhaitais même plus le prononcer. J'avais laissé tout cela de côté, je ne désirais plus suivre qu'une seule voie : la vie au jour le jour.


Le symbiote de Kardelj lui a permis de survivre à Tiric armé du Sabre de Sang. Sage, Kardelj tente de se reconstruire une vie, loin de la fureur du nouveau tyran. Mais l'emprise de celui-ci s'étend de plus en plus et il n'a pas oublié son ancien ami... A l'occasion, mercenaires ou soldats de sang lui tombent dessus et sur ceux qui l'entourent. A force de perte et malgré une longue période paix, Kardelj sera poussé à agir.

Oh ! Je voulais ien l'admettre. Tiric avait sombré dans la démence. Le sabre avait exalté sa soif de vengeance et l'avait dévoré. Il aurait pu se contenter de reconquérir le royaume shao. Mais non ! L'empire qivhien avait été sa cible suivante. Il avait alors passé un pacte d'alliance avec les Karaos, avant de se retourner contre eux. Ceux-ci n'avaient pas cerné la folie embrasant Tiric.

Je ne pouvais m'empêcher de repenser au jeune homme que j'avais rencontré, fers aux pieds, fier malgré la défaite ; nous avions forgé une solide amitié, que ce sabre meurtrier avait détruite. Un souffle de vent mauvais sur un fétu de paille. Un jour, peut-être, nos comptes se régleraient. Mais comment ? Dorénavant, Tiric possédait une puissance infernale ; personne ne pouvait prétendre à fourbir une arme comme la sienne, et mon Fâps avait montré ses limites sur cette falaise cauzyrienne, lors de notre affrontement...

Nouveau narrateur et changement de style, plus élaboré. Ce second tome est une excellente surprise. Tomas Geha poursuit son intrigue et étoffe son univers, réutilisant et justifiant au passage les éléments avancés dans le premier tome. Rien n'était gratuit, tout est désormais cohérent, le puzzle est complet.

Héros, plus posé, Kardelj est aussi un narrateur plus intéressant et humain que Tiric. Tenté de tourner la page, il est de nouveau happé par le flux des évènements et doit faire face. Une aventure prenante avec de nouveaux personnages secondaires élaborés et intéressants, ainsi que le retour d'anciens quelque peu changés.

Tomas Geha clos ici son diptype, de l'aventure efficace et dépaysante, porteur d'images marquantes (autour du Masque) un bon moment.

Il m'a donné envie de le lire : Philippe Boulier dans la Bibliothèque Orbitale.

L'avis de Lorhkan.