img1011

Lobsang se leva quand Lou-tsé revint dans l'antichambre, mais avec une certaine hésitation, gêné de paraïtre témoigner du respect.

"D'accord, voici les règles, dit Lou-tsé en passant devant lui sans s'arrêter. La première : tu ne m'appelles pas "maître", et moi je ne te donne pas de nom ridicule d'insecte. Ce n'est pas mon boulot de te former, c'est le tien. Car il est écrit : "Pas question de ces trucs-là." Fais ce que je te dis et on s'entendra bien. Ca marche ?

Deux orphelins doués en matière de temps ont atterris à Ankh Morpok, Jérémie a été confié à la guilde des Horlogers, Lobsang à celle des voleurs. Les prouesses et tour de passe passe temporel du second le font repérer par les moines du temps qui le recrutent. L'élève est doué, très, trop. Dépassé les moines le confie à Lou-tsé, le balayeur, et accessoirement doyen des moines du haut de ses huit cents ans.

Pour Jérémie, génie horloger sous contrôle médical, tout bascule quand une curieuse entité lui demande de réaliser une horloge mythique. Du genre à causer la fin  du monde...

- LES CONTROLEURS SONT REVENUS, répondit la Mort.

- Les petits salopards ?

- OUI.

- Je les déteste.

- MOI, BIEN SUR, JE N'AI PAS D'EMOTION, dit la Mort en gardant un visage impassible comme seule le permet une tête désincarnée.

- Qu'est-ce qu'ils mijotent cette fois ?

- JE NE SAURAIS DIRE.

- Je croyais que tu pouvais te souvenir de l'avenir.

- OUI. MAIS QUELQUE CHOSE A CHANGE. APRES MERCREDI, IL N'Y A PLUS D'AVENIR.

La Mort en a conscience et met Suzanne sur le coup... Du côté des moines du temps, l'horizon s'obscurcit aussi, Lou-tsé et son disciple obtiennent de se rendre à Ankh-Morpok au cas où. Le vieux renard est toujours sur la brèche et a bien compris que la métropole est le centre de gravité du Disque Monde. Tout ce petit monde se retrouvera donc dans la cité au seuil de la catastrophe, le casting s'élargira au cinquième cavalier de l'apocalypse et à une horde de contrôleurs venus décortiquer le monde des humains mais quelque peu corrompus par ce dernier.

Sans être déplaisant, le roman peine à démarrer avant de devenir assez plaisant lors de la conjonction de toutes les forces en oeuvre. On sourit de temps en temps mais l'ensemble n'est pas du meilleur de l'auteur, au final un roman assez moyen qui ne marque pas.