img868

Une douzaine de pirates étaient montés à bord et d'autres enjambaient la rambarde ; les marins encore en vie avaient lâché leurs armes. Chandagnac aussi lâcha la sienne et recula lentement vers tribord, regardant les pirates avec un grand étonnement. lls étaient gais, leurs yeux et leurs dents jaunes brillaient dans des figures qui, si, n'était leur animation, auraient eu l'air d'acajou poli. Quelque-uns chantaient encore. Ils étaient habillés commes des enfants qu'on aurait interrompus alors qu'ils étaient occupés à piller les coffres d'un costumier de théâtre. En dépit de leurs pistolets et de leurs sabres visiblement usagés, de leur visage et de leurs membres balafrés, ils parurent, aux yeux de Chandagnac, aussi innocemment sauvages que des rapaces, comparés à la cruauté froidement méthodique de Hurwood et de Friend.

John Chandagnac est un jeune homme qui espère prendre un nouveau départ à la Jamaïque quand le navire qui l'emmène est attaqué par un petit groupe de pirates. L'attaque est d'autant plus rondement mené que deux des plus éminents passagers sont de mèche avec les flibustiers et disposent de moyens surnaturels... Poussé par un sentiment d'injustice et d'héroisme mal placé, Jack blesse le Phil Davies le chef des pirates après l'affrontement. Ce dernier lui laisse alors deux options : la mort ou l'enrôlement dans leurs rangs...

La soirée passa, pour le cuisinier nouvellement promu, comme une longue période floue ponctuée d'impressions plus nettes mais fugitives : il lui arriva même de patauger dans le ressac pour participer à une danse compliquée où la musique s'accompagnait en contrepoint du bruit des vagues s'écrasant sur la plage, et du vent tiède agitant les palmes. Plus tard, il courut sur une bande de sable, entre la mer et la jungle, contourna les feux en chuchotant inlassablement John Chandagnac, car il avait peur, avec son nouveau nom, d'oublier le vrai, dans ce monde de crime, de rhum et de petites îles tropicales.

C'est alors qu'il découvrira la démence profonde de Friend et Hurwood, férus d'occultisme, le dernier nourrissant des projets sinistres à l'encontre de sa propre fille, ainsi que leur association avec un individu plus redoutable que Davies, Barbe-Noire. Le pirate légendaire, expert en vaudou associé à l'entité Baron Samedi, a son propre agenda et déplacera tout ce petit monde comme sur un échiquier. Commence alors une aventure sans temps morts, pleine de rebondissements et de batailles navales sur fond de magie agonisante et de vaudou, des Caraïbes aux marécages hantés de la Floride.

Avec ce roman, Tim Powers se plonge dans l'ambiance de la piraterie, utilisant et détournant les faits historiques pour y introduire des éléments fantastiques avec brio, notamment concernant la relation entre Stede Bonnet et Barbe-Noire. L'argument fantastique est patiemment mis en place et bien exploité. Un récit  d'aventure mené tambour battant, assez classique mais prenant et plaisant. Un bon moment.