img864

Le Mystérieux Docteur Cornélius en tant quesérie TV m'a fasciné gamin, ayant découvert il y a quelques temps la réédition de cette série, je me suis laissé tenté.

Au programme de ce premier tome, les deux premiers épisodes.

Le docteur Cornélius Kramm n'avait guère plus de trente-six ans, mais son crâne énorme et entièrement chauve, ses larges lunettes d'or et son visage maigre et rasé le faisaient paraître beaucoup plus vieux. Ses traints étaient réguliers, et il donnait, à première vue, l'impression d'un homme puissamment intelligent mais ses lèvres minces, ses yeux inquiets et fureteurs, derrière les verres de cristal jaune des lunettes, causaient un indicible malaise. Il s'exprimait avec une lenteur et une sécheresse glaciales.

Les deux hommes ne se saluèrent pas. Maintenant qu'ils étaient sans témoins, les politesses banales n'étaient pas de mise.

1 - L'énigme du "Creek Sanglant"

A Jorgell City, ville nouvelle américaine, édifiée par le milliardaire éponyme. En froid avec son fils Baruch, le différent se creusera suite à la tentative de vol d'une pierre précieuse par ce dernier. Doté de quelques talents se lancera alors dans le crime, usant des frères Kramm , Cornélius et Fritz comme de bienveillants receleurs.

2 - Le Manoir aux Diamants

Le chimiste reprit avec effort :

- C'est cette malheureuse coquetterie qui m'a fait me lancer à corps perdu dans la synthèse des gemmes.

Et il s'écria, le regard brillant d'un sombre enthousiasme :

- Je veux les dépouiller de tout leur prestige, ces misérables cailloux, je veux qu'on pave les chenils et les étables avec des rubis, et que nul n'ait la sottise de préférer un diamant, si beau soit-il, à une goutte de rosée brillant dans le calice d'une fleur ! Quel saphir vaut un bleuet dans les blés, quelle améthyste un brin de violette exhalant sa suave odeur sous la mousse ? En haine des pierres, je me suis mis à aimer éperdument les fleurs, et c'est là, sans doute, l'une des causes de mon amitié pour le botaniste Bondonnat.

Cornélius a permis à Baruch démasqué de fuir en France. Là après une agression, il est recueilli et coopté par M de Maubreuil un savant français, ignorant le passé criminel de Baruch, et en passe de réussir à créer des pierres précieuses synthétiques à volonté. Rapidement la tentation criminel reprendra Baruch et le mènera définitivement dans les rets de Cornélius et de son frère.

- Eh bien, non ! s'écria tout à coup Cornélius dont la face squelettique grimaça une sorte de sourire. Ce n'est pas à moi qu'il appartient d'être votre juge... Et non seulement je ne vous livrerai pas, mais je vous donnerai asile et vous associerai à des entreprises grandioses !

Ce premier contact avec Gustave Le Rouge est très plaisant, d'autant plus que le format feuilleton de ses récits est très prenant et la narration fluide sans temps mort. L'ambiance positive pré Première Guerre Mondiale est raffraichissante (la science et la technologie pourraient faire le bonheur de l'humanité) malgré l'accumulation de crimes. Ces deux histoires font visiblement office de prologue et j'ai hâte de lire la suite. Un excellent divertissement.