img850

Les écailles étaient des hexagones irréguliers de trente pieds de large sur quinze de haut ; leur couleur était un or pâle nuancé de vert, mais il y en avait aussi des blanches, drapées dans des lambeaux de peau morte, et d'autres recouvertes d'une mousse viride, et l'immense majorité d'entre elles étaient marbrées d'algues et de lichens qui semblaient dessiner les caractères d'un alphabet ophidien. Les oiseaux avaient niché dans les fêlures, les fougères avaient poussé dans les interstices, tels des milliers de panaches verts frémissant sous la brise. Méric eut le souffle coupé en contemplant l'immensité de ce jardin suspendu - on eût dit une lune fossile à la courbure prononcée. L'idée de tous les siècles accumulés dans ces écailles lui donna le vertige, et il s'aperçut qu'il n'arrivait pas à détourner les yeux, comme s'ils restaient rivés à ce panorama pendant que son âme se flétrissait à mesure qu'il prenait conscience de la masse et de l'intemporalité de cette créature sur laquelle il rampait comme une mouche.  Il perdit toute distance par rapport à la scène : le flanc de Griaule était plus vaste que le ciel, pourvu de sa propre gravité potentielle, et il lui semblait totalement raisonnable de marcher dessus sans jamais courir le risque de choir.

Quelque part en Amérique du Sud, repose depuis des millénaires le Dragon Griaule, figé pour l'éternité par un sortilège raté... Au fil des siècles, le monstre a continué de grandir, atteignant une longévité et une taille normalement inconnue de son espèce. Alors que cette dernière se fait rare, les hommes pullulent et une frange malveillante de l'humanité s'est abritée dans l'ombre inquiétante du monstre. L'influence supposée de ce dernier devenant l'alibi de la tendance belliqueuse de ma population...

Ce recueil de six nouvelles constitue à la fois le récit de ce monstre imposant et immobile qu'un témoignage de l'évolution de l'écriture de Lucius Shepard, chaque nouvelle étant commentée dans la postface.

img851

Dédicace de Nicolas Fructus réalisée le 15/11/2011 lors des Dystopiales.

L'homme qui peignit le Dragon Griaule narre la tentative d'arnaque ingénieuse d'un jeune artiste du XIXeme siècle qui tombera dans les rêts du monstre et se lancera dans un projet dément résultant de la fascination qui l'envahit. Un récit doux amer très prenant.

Puis elle leva les yeux vers le coeur et se figea. Les motifs d'ombre et de lumière s'altéraient plus vite que jamais et leur complexité, elle aussi, allait en croissant ; et cependant, ils étaient aussi limpide à ses yeux que si elle en était l'auteur : pulsations de ténèbres et tourbillons de lumières dorée se déroulant à la surface ridée du coeur. C'était un message tout simple et, l'espace de quelques secondes, elle refusa d'accepter l'information dont il était porteurn de croire qu'arrivait enfin le point culminant de sa destinée, qu'elle avait gâché sa jeunesse pour de telles futilités ; mais, en se rappelant tous les indices, ses rêves de dragon endormi, ses visions répétées d'un torse en train de respirer, l'histoire de Senso telle que l'avait racontée Mauldry, l'exode des animaux, insectes et oiseaux, le choc étouffé dans les profondeurs du dragon, après quoi tout était resté calme durant un millénaire... elle sut que c'était la seule explication.

Comme il l'avait fait mille ans auparavant, et comme il le referait dans mille ans de cela, le coeur allait battre.

La Fille du chasseur d'écailles, nous emmène du village perché sur le dos de Griaule dans ses profondeurs, où une jeune fille va se terrer pour échapper à une vendetta. Sur place elle découvrira la faune locale, la population qui y vit de manière symbiotique et tentera de décrypter la volonté du dragon qu'elle perçoit autour d'elle et dans ses songes. Un récit amer et dépaysant.

Le Père des pierres change radicalement d'ambiance et s'éloigne de Griaule. A Port Chantay, un père a assassiné le gourou d'une secte axé sur Griaule soit disant sous l'influence du monstre, exercée sur lui par l'intermédiaire d'une gemme. L'avocat chargé de sa défense ne croit pas trop à cette thèse mais elle reste la seule capable de sauver la tête de son client. Son enquête lui fera rencontrer des personnes perverses et la complexité de l'intrigue le dépassera un temps... Un texte captivant qui pose la question de l'influence supposée du dragon.

La  vie, qui lui paraissant lointaine depuis si longtemps, tel un trésor hors de portée, la vie semblait l'étreindre, l'envelopper et le griser de ses spectacles éblouissants, de ses parfums capiteux. Que lui importait, se dit-il, de savoir qui dirigeait le monde tant que le monde demeurait doux et dispensait tous ses plaisirs ? Il éclata de rire, il lança une oeillade à une jolie fille, il s'abandonna à des idées de violence et de duplicité, autant de choses qui le faisaient jouir.

D'une façon ou d'une autre, le dragon était lâché dans Port-Chantay.

La Maison du Menteur reprend un peu la même thématique tout en évoquant le besoin vicéral de reproduction du dragon figé. Une histoire au final assez rude, l'évocation de la présence du dragon dans son environnement immédiat est très efficace.

L'Ecaille de Taborin présente l'ultime manipulation de Griaule, une mise en scène spectaculaire, permettant à quelques personnages bien abimés de se rencontrer et espérer prendre un nouveau départ...

Le crâne se déroule au XXeme siècle, de Griaule, il ne reste plus qu'un crâne titanesque oublié dans la jungle. Evocation d'un pays d'Amérique du Sud, ravagé par les dictatures et révolutions successives. Un texte fort empruntant beaucoup au vécu de Lucius Shepard.

Le Dragon Griaule est un superbe recueil aux ambiances variées, même si assez sombres dans l'ensemble. Le thème est bien exploitée et semble constitué un fil rouge dans l'oeuvre de Shepard. Un excellent moment.