img717

Ce premier volume de l'intégrale Bragelonne consacrée à Julia Verlanger se focalise sur ses oeuvres post apocalyptique. Au programme un cycle de trois romans et quatre nouvelles.

J'ai aperçu le village dans une trouée de verdure. J'ai tiré les jumelles de mon sac, pour l'examiner attentivement. Pas de fumée aux cheminées, et quantité de toits crevés, mais cela ne voulait rien dire. Question fumée, l'heure du repas était passée depuis longtemps, et question de toits, les petits groupes se contentent souvent de quelques maisons étanches, et ne prennent pas la peine d'entretenir les autres. Dans le doute, j'ai contourné. "Sois prudent, tu vivras longtemps." Ca, c'est une maxime à moi.

Gérald est un solitaire, une machine à survivre dans une France ravagée par un conflit chimique et bactériologique... Son quotidien axé sur la simple survie au quotidien, change quand il libère une jeune femme avenante, Annette, de la communauté cannibale qui l'avait capturée (et forcée à bouffer ses compagnons). A son contact, la façade glaciale de Gérald se fissure et il reprend à son compte la quête d'Annette après un épisode douloureux.

Au fil du temps, d'autres survivants se joindront à ce petit groupe notamment Thomas, un autre solitaire, plus teigneux que Gérald.

Au fil des trois romans, Gérald et Thomas vont osciller entre le désir de se ranger dans des communautés civilisées (par amour pour Annette en ce qui concerne Gérald) et l'ennui que leur procure ce style de vie. Chaque excursion au large tournant vite à l'aventure pleines de rebondissements.

Je regardais ce gros lion, installé sur un socle. Une énorme bête, vert-de-gris. Des lions, j'en avais vu en illustrations, dans un bouquin sur l'Afrique, mais je n'aurais jamais imaginé ça aussi gros. A moins que cette reproduction-là exagère la taille de la bête. Plutôt ça. Jo disait qu'on gardait des lions en cage. Impossible d'imaginer un monstre de cette taille dans une cage, si solide soit-elle. Peut-être réalisable, quand même... Ils étaient forts sur la technique.

J'allias demander son avis à Thomas, quand le lion a remué.

Tant l'Autoroute sauvage que la Mort en billes et L'île brûlée sont des romans très efficaces, des séries B sans prétentions mais qu'on a du mal à lâcher une fois dedans. Seuls quelques deus ex machina gâchent quelque peu l'ensemble  (surtout la fin de l'Autoroute sauvage). Bref des bons moments pas prise de tête, ni plus, ni moins.

Les nouvelles, apparemment les premiers écrits de la dame, se révèlent d'excellentes surprises. Des textes sombres assez cruels et cyniques diablement efficaces. Sans aucun doute le point d'orgue de ce recueil.

Au final un recueil sympathique qui mêle romans de pur divertissement à des nouvelles plus enlevées.


Il m'a donné envie de le lire : Nébal.

Une lecture effectuée dans le cadre du Challenge Fins du Monde.

challenge_fin_du_monde_apocalypse_post_apo_7