img680


La science fiction : questions et perspectives...

Un numéro d'excellente tenue qui démarre de fort belle manière avec l'Ile de Peter Watts, narrant une péripétie sur le trajet d'un équipage de constructeur de portail spatiaux. Une nouvelle de très bonne qualité, assez dense et pleine de surprises. Un très bon moment, voilà qui devrait me convaincre de lire Vision Aveugle.

Le  Paradoxe de Grinn de Thierry Di Rollo est assez déroutant mais plus sophistiqué que ce que j'avais déjà lu de lui, le concept de l'immortel qui s'inquiète du sort de l'univers est assez original et le twist final ironique assez plaisant.

En marge du cahier critique, Xavier Mauméjean revient sur le parcours français des oeuvres de Poul Anderson et dresse l'éloge du recueil le Chant du Barde. Pierre Stolze pour sa part taille des croupières à Houellebecq.

Le dossier Perspectives SF s'ouvre avec un très long et tout aussi érudit article de Claude Ecken, comparant la SF à la mécanique quantique, tout en se permettant un aparté sur le traitement du genre et les tentatives de définition de celui ci depuis les prémisses de son existence.
Les entretiens avec divers acteurs de la SF sur l'état du genre et son avenir sont de bonne tenue, seul Gérard Klein dénote de l'ensemble avec son ton passéiste.

La Scienti Fiction de Roland Lehoucq est toujours aussi accessible et plaisante, le sujet des matériaux imaginaires permet de couvrir pas mal de sujet.

On termine sur les Paroles de Nornes et les Razzies, moins mis en avant cette année. Le concept n'a rien de révolutionnaire et les diatribes fusent déjà depuis deux jours. A noter que le prix des lecteurs n'emportent pas des masses de suffrages et sûrement pas les miens.

Au final un numéro de très bonne qualité tant pour ses entretiens que l'article de Claude Ecken.