img675

En tant qu'historien, je devrais pouvoir proposer un compte-rendu propre et net des évènements qui se sont déroulés le... Ah, quand se sont-ils déroulés, exactement ? Tout cela est hautement sujet à débat. Quand vous connaîtrez mieux mon histoire, vous comprendrez les énormes difficultés que j'affronte. L'historien, a dit quelqu'un - Burke, je crois ; si pas Burke, alors Carlyle - est un prophète  qui regarde en arrière. je ne peux pas aborder ma propre histoire de cette façon. L'énigme que j'affronte peut se définir par les déclarations suivantes :
A : Rien de ce qui va suivre n'est jamais arrivé.
B : Tout ce qui va suivre est entièrement vrai.

Michael Young est un jeune doctorant sur le point d'achevé sa thèse sur Hitler... Le travail qui le mettra enfin à égalité avec sa biologiste de petite amie. Las, mademoiselle choisie ce même jour pour le plaquer et c'est alors qu'il se livre à une vengeance infantile et mesquine que les pas de Michael croisent ceux du professeur Leo Zuckermann, un physicien hanté par la Shoah... Le travail de Michael répandu sur le trottoir attire l'oeil du physicien. Dès lors commence une relation étrange entre eux, pleine de révélations.

L'uniforme, le langage, le style. Pour un monde sain d'esprit, ils symbolisent toutes les postures de l'orgueil, de l'arrogance, de la cruauté, de la barbarie et de la bestialité. Tout ce qui nous fait honte. Pour moi, c'est le symbole de tout ce qu'était Papa.

Leo pense avoir les moyens d'atteindre le passé mais est non violent, Michael pense avoir la solution à son problème. Si l'on ne peut pas tuer Hitler pourquoi ne pas l'empêcher de naître ? Les évènements s'accélèrent, Michael se lance dans une entreprise où il pense pouvoir enfin réussir... A peine l'opération effectuée, voilà l'historien prétentieux balayé par la mécanique quantique et intégré dans la nouvelle réalité... Un monde où Hitler n'a jamais vu le jour.
Bien que décontenancé et visiblement pas en phase avec les USA où il se retrouve, Michael exulte ! Il est un héros et l'avenir lui tend les bras !

Je pris subitement conscience qu'il devait y avoir des pans entiers du cinéma qui n'avaient jamais existé,  des acteurs de cinéma que la guerre et les circonstances  avaient poussés vers le statut de vedettes dans mon monde, mais qui étaient restés des inconnus ici, Folamour, Le jour le plus long... Grand Dieu, Casablanca. Casablanca n'existait pas !

Mais ce bonheur ne dure pas quand la réalité le frappe durement, l'histoire n'est pas une discipline qui se prête à l'étude à la loupe...

- Tu n'as jamais entendu parler d'Auschwitz ni de Dachau, bredouillai-je. Tu n'as jamais entendu parler du parti nazi. Tu n'as jamais entendu...
- Holà, holà, fit Steve. D'accord, je ne suis pas Mr Science, mais qu'est-ce que tu sous-entends, quand tu dis que je n'ai jamais entendu parler du parti nazi ?
- Ben, c'est le cas, non ?
- Mais tu es cinglé ?
Je le fixai. "Mais tu ne peux pas. C'est impossible.
- Oh, bien sûr, répliqua Steve en s'essuyant la mousse des lèvres, et je n'ai jamais entendu parler de Gloder, de Göbbels, d'Himmler ou de Frick, c'est ça ?"

Reste alors au petit prétentieux arrogant à se confronter au monde qu'il a contribué à créer, prendre la mesure des modifications qu'il a provoqué... Enfin si les services secrets lui en laisse le temps, ses élucubrations ayant attirées leur attention.

Sans être le roman de l'année, Le faiseur d'histoire révèle une intrigue très maline, inspiré notamment par "la banalité du mal" d'Hannah Arendt (cité dans les remerciements). Le personnage arrogant, infantile et prétentieux de Michael est soigneusement présenté, de même que celui de Leo hanté par le passé familial. L'uchronie arrive assez tardivement mais est mise en place très efficacement que ce soit par des intermèdes romancés sur les origines du nazisme (des tranchées à une brasserie de Munich en 1919) que par les découvertes horrifiées de Michael. Bien mené, on ne s'ennuie pas même si l'on se doute que Michael est voué à échouer lamentablement dans sa première tentative. Le roman s'accompagne sur une réflexion sur le sens de l'histoire assez pertinente. Un bon moment.

Il m'a donné envie de le lire : Nébal.

 

Cette lecture a été effectuée dans le cadre du Winter Time Travel.

defi_hiver