img609


Une grande tour noire sur fond de ciel pollué, au coeur de la Ville. C'est là que je travaille. Si vous passez au pied de la tour CBM, marchant sur le parvis balayé par le vent, vous chercherez peut-être la fenêtre de mon bureau, au milieu de ces grandes façades de verre-miroir qui ne renvoient aucune image. Mais vous ne la trouverez pas.

Monsieur K est un ARP, le détective attitré de sa firme censé enquêter sur le personnel. Méprisé par les services de sécurité, méprisant l'absence de moralité de la firme pharmaceutique qui l'emploie, Monsieur K traine son ennui et son insatisfaction.

C'est le squat d'une demi-douzaine de jeunes, le genre de mecs cools, très cools, extrêmement cools. Gentils, et tout. Le plus jeune : dix ans. Le plus vieux : dix-sept ans. Point commun : tous atteint du CRH, le virus qui infecte les trois quarts des enfants de la planète et les tue avant quinze ans, ou vingt ans s'ils prennent de l'Acide. La drogue institutionnalisée vendue par mon employeur... L'Acide permet de vivre plus longtemps, mais pour les effets secondaires, imaginez ce que donne un mélange entre du LSD et du détergent. Et j'oubliais les yeux argentés.

Tout bascule en janvier 2012 par l'arrivée d'un étrange courrier, d'une affaire pas nette dans les arrières cours de sa boite et l'arrivée d'Alex dans sa vie. Adolescent survolté, diablotin infernal, Alex lui permet de se sortir de sa torpeur et aussi de se tirer de situation impossible...

Suivent alors onze autres récits, un par mois, dont quelque uns sur le passé d'Alex jusqu'à la conclusion de cette aventure.

Satisfaction mêlée d'amertume. Je hais Parseval pour ce qu'il a fait, je le hais. Il n'avait pas le droit, ce n'est pas parce qu'il a du fric qu'il a le droit de faire mourir des gosses. Je sais, c'étaient des Sauvages, et probablement des hors-la-loi...Mais la fille était enceinte. Il n'avait pas le droit, pas le droit. Je le hais ! Lui, ainsi que tous les gens de la sécu.
- Tu pleures, me dit Alex.

Dans un univers résolument noir où la plus part des enfants naissent condamnés et où tous les coups sont permis, Monsieur K ne joue pas dans la bonne équipe. La présence d'Alex lui permettra de survivre et de garder espoir dans l'avenir.

Stairway to heaven. Je ne l'imaginais pas aussi noir, l'escalier de Led Zeppelin, mais je le reconnais maintenant... Et il y a en moi cette espèce d'espoir insensé de la Lady who knows, all that glitter is gold. Je monte désespérément les centaines de marches qui mènent au rêve de Jérôme Desnelles, dernière tentative pour rejoindre le ciel. Je ne fais plus que marcher en regardant devant moi, au-dessus de moi, oubliant tout, malgré l'essoufflement qui me donne un goût de fer dans la gorge, malgré l'air brûlant et toxique, malgré l'escalier qui se balance au-dessus du vide. Des marches, des marches et encore des marches.

Entre romans et recueils de nouvelles, Réminiscences 2012 est une belle expérience mêlant le roman noir au récit onirique ou hallucinatoire, empruntant un peu à Dick mais surtout à l'univers fantasy de Laurent Kloetzer.
Bien que chaque nouvelle soit une expérience différente, le tout forme un ensemble cohérent qui avance tranquillement vers sa conclusion. Le voyage est intéressant : hommage à Fritz Leiber en mettant Ill met in Lankhmar à la sauce cyberpunk et la narrant par un membre de la guilde, Monsieur K ; récit de guerre allant chercher une conclusion heureuse chez Tolkien et les Beatles ; une arcologie ressemblant à la Petite Dvern ; des enquêtes sur fond de crimes crapuleux, de snuff movies, magouilles corporatistes ou de terrorismes ; concert du siècle... Un très bon moment mais qui à mon sens nécessite d'avoir lu Mémoires Vagabondes pour être pleinement apprécié.