img549

Nouvelle édition de l'anthologie réalisée dans les cadres des Imaginales, Magiciennes et Sorciers s'avèrent plus convaincantes que Rois et Capitaines, notamment en ce qui concerne le respect du thème.

Coeur de Serpent de Sire Cédric est un texte de Sword and Sorcery des plus honnêtes, un sorcier et l'unique survivante du convoi font cause commune pour une descente en enfer, talonnés par les pillards quelque peu surnaturels. Efficace et rythmé, un bon moment.

Djeeb l'encharmeur, le héros de Laurent Gidon, a des points communs avec le Cugel de Vance, en moins cynique et plus naïf. Un texte assez agréable qui vire rapidement à la SF.

Toiles déchirées de Charlotte Bousquet semble être une introduction à son roman Arachnae, un texte plaisant qui m'a donné envie de lire ce roman. A suivre...

Exaucée permet à Maïa Mazaurette de chasser sur les terres de Catherine Dufour. Une jeune enchanteresse se lance dans l'invocation d'un prince charmant, ce dernier ne répondra pas exactement à ses attentes... Un texte drôle et grinçant.

T'humilierai de Justine Niogret a pour toile de fond l'éradication des cultes païens mais il manque quelque chose pour entrainer l'adhésion. La narration au passé fonctionne bien mais la chute tombe un peu à plat...
J'attendais peut-être trop de l'auteur de Chien du Heaume.

L'Ultime Illusion d'Erik Wietzel relate la dernière aventure d'un aventurier sorcier à ses heures, un texte bateau prévisible et peu entrainant. Par ailleurs, il me semble que le style de l'auteur s'est appauvrit par rapport à son Bien-être, Travail envié paru dans Légendaire.

In cauda venenum de Rachel Tanner met en scène une magicienne dans une ère romaine uchronique pour une enquête visant à découvrir l'auteur d'un envoutement. Le contexte est sympathique mais l'enquête est rapidement et trop facilement expédiée. Un bilan mitigé car se lit très bien mais sans être prenant ou mémorable.

Margot de Julien d'Hem, une jeune femme est sauvagement violée par une bande d'individus protégés. Un démon intervient alors pour lui offrir les moyens de se venger. Un texte assez jubilatoire mais qui s'essouffle rapidement, pour une fin ici aussi mitigée.

Le crépuscule des maudites de Sylvie Miller et Philippe Ward, inquisition et luttes entre cultes païens en Pays Basque au XVIIeme, est assez original et crépusculaire même si l'on reste quelque peu sur sa fin. Sympathique malgré tout.

L'autre de Pierre Bordage est un récit, quasi naturaliste, d'un village où toutes les mesquineries sont reportées sur la figure de l'étrangère. Un texte très efficace dans sa construction et sa montée en puissance, le talent de Bordage en tant que conteur n'est plus à démontrer, un très bon moment.

Respectons les procédures
de Jean-Claude Dunyach présente un univers de fantasy absurde et bureaucratique auquel je n'ai pas accroché. La seconde déception de ce recueil.

Quelques grammes d'oubli sur la neige
de Lionel Davoust met en scène un roi désireux de sauver son royaume agonisant faisant appel à une sorcière pour découvrir les secrets perdus de l'Age d'Or, malgré la réprobation du clergé. Un texte crépusculaire à la chute remarquable, un excellent moment.

La Troisième Hypostase de Jean-Philippe Jaworski, est une nouvelle plongée dans le passé de l'univers du Vieux Royaume. L'occasion de revenir sur le conflit et la chute d'elfes mythiques évoqués dans Gagner la guerre. Un texte bien mené, aux images fortes mais moins prenant que celui de Lionel Davoust qui le précède. Un bon moment.

Chamane de Fabien Clavel, narre l'arrivée des tribus nomades en Hongrie et la fin de l'ère du chamanisme en leur sein. Un récit crépusculaire bien mené et très agréable.

Une anthologie très plaisante au finale, deux textes seulement m'ayant rebutés. Une bonne surprise et une invitation à découvrir quelques auteurs que je ne connaissais pas : Laurent Gidon (déjà présent dans ma pile sur l'insistance de Xavier de Scylla) et Charlotte Bousquet.