img405

« J’aurais… souhaité… mieux connaître mon père, souffla Hroar.

- Je me contenterai de le venger » , dit Helgi, la gorge serrée. Il n’avait plus du tout l’air d’un enfant.

Histoire datant du VIeme siècle, modernisée par Poul Anderson, la saga de Hrolf Kraki est une vaste épopée familiale danoise sur près de trois générations.

Tout commence avec Hroar et Helgi, fils du défunt Frodi assassiné par son frère. La saga narrera leur vengeance et le règne glorieux des deux frères. Quoi qu’il en soit les hommes de cette époque ne sont pas des saints, le pillage est une bonne façon de tenir les royaumes voisins et le viol un bon moyen de venger une humiliation fine. Suite à quelques frasques dans ce genre, le puissant Helgi aura un fils d’une relation amoureuse, qu’il ignorait incestueuse.

Situation bien cruelle quand la vérité sera découverte…

Hrolf, issu de cette union, se révèlera un roi avisé. Le récit se portera alors sur les contrées environnantes mettant en scène les ennemis à venir et les héros destinés à le rejoindre, tous charismatiques et acteurs d’histoires prenantes.

A la demande expresse de la reine, Adhils attribua ce soir-là la place d’honneur, en face de lui, à Svipdag et, tant qu’on but, le traita avec courtoisie et le félicita. Les berserkers n’assistèrent pas au repas. Adhils leur avait déjà parlé loin des oreilles indiscrètes. Plus tard, il avait prétendu les avoir apaisés. Svipdag avait remarqué qu’en partant, courbés, ils affichaient un mauvais air satisfait. Le fils du franc tenancier s’était comporté comme s’il ne s’attendait à rien de fâcheux et n’avait passé l’après-midi à affuter sa hache qu’en ouvrier consciencieux. Quand le roi lui avait dit qu’il ne passerait pas la nuit sur un banc, mais dans une maison d’hôte de l’autre côté de la cour, Svipdag l’avait remercié. Puis, sans hâte, à la faveur du crépuscule, il avait transporté un ballot contenant sa broigne et sa hache non dans ladite maison, mais dans un coin du vestibule du fort.

Aussi hautes en couleurs que les aventures d’Helgi, les exploits de la future garde rapprochée de Hrolf sont très prenants et présentent une belle collection de personnages charismatiques que ce soit le redoutable et astucieux Svipdag à la cour pourrie de Suède ou la sombre genèse de Bjarki dans la Norvège sauvage.

Les dieux et créatures fantastiques sont peu présentes, la plupart des intrigues se composant de sombres vengeances ou d’intrigues pour l’élimination de héros trop brillants. L’ensemble donne une fantasy assez légère dotée d’un indéniable souffle épique.

Le regard d’Adhils ne cessait d’errer sur ces guerriers en dessous de lui. Lequel de ces hommes qui lui renvoyaient tous des regards indomptables pareils à ceux des faucons revenus se percher sur leurs épaules, lequel était le roi Hrolf, fils de cet Helgi qu’il avait occis et de sa propre épouse Yrsa qui le détestait, lui, Adhils ?

Au final cette saga se révèle un très bon moment, nous plongeant dans une période cruelle et violente. La réécriture est agréable et Hrolf soutient sans problème la comparaison avec Arthur ou Charlemagne, proposée par Poul Anderson dans son avant propos.

 

Il m'a donné envie de le lire : Nébal