img270

Les trois décennies écoulées depuis la fin du Spin avaient vu la  région sauvage à l’est d’Equatoria se transformer en capharnaüm de villages de pêcheurs, de camps de bûcherons, d’usines primitives, de terres arables dégagées par brûlis, de routes tracées à la hâte, d’une douzaine de petites villes en plein développement et d’une plus grande, par laquelle transitaient la plupart des riches ressources de l’arrière-pays. Breaker Beach, à presque cent milles nautiques au nord de Port Magellan, était sans doute la plus laide des régions occupées par l’homme sur le littoral…

 Axis se déroule environ trente ans après la fin des évènements narrés dans Spin. Lise Adams revient sur Equatoria, la première de la série de planète liée à la Terre, afin de retrouver la trace de son père disparu là bas des années auparavant. son enquête traîne, tandis que sa vie sentimentale est chamboulée, oscillant entre Brian, son ex mari envahissant et Turk, un pilote indépendant … Tout bascule quand une pluie de cendres tombe sur Equatoria.

 « Ce n’est que de la pousiière, répondit Turk. Du moins d’après les astronomes. Les restes d’une vieille comète. »

Mais quelque chose de nouveau avait attiré l’attention de Lise. « Et ça ? » demanda-t-elle en montrant un endroit à l’est, plus bas sur l’horizon, là où le ciel sombre rencontrait les eaux encore plus sombre de l’océan. Elle avait l’impression que quelque chose tombait, là-bas… non des météorites, mais des points brillants qui restaient en l’air comme des fusées éclairantes. Leur lumière se reflétait dans l’océan, le colorant de traînées orange. Elle ne se souvenait pas avoir assisté à quoi que ce soit de ce genre durant son précédent séjour sur Equatoria. « Ca en fait partie ? »

Des cendres qui se révèlent rapidement liées aux Hypothétiques. Au même moment grâce aux contacts de Brian, Lise retrouve la trace d’une ancienne relation de son père, une Quatrième Age putative et donc recherchée. Via une relation de Turk, Lise entre en contact avec cette communauté de clandestin, Diane Dupree semblant en mesure de les mener à la mystérieuse relation de son père. Malheureusement l’aide fournie par Brian a éveillée l’intérêt d’une branche spéciale de son administration, chargée de la traque musclée des Quatrième Age.

Au cours des six mois suivants, Kev et Lyle cessèrent de venir aux services dominicaux, comme si l’église et le cadavre étaient désormais liés, mais Brian eut la réaction inverse. Il crut au pouvoir protecteur de la chapelle, justement parce qu’il avait vu ce qui s’en trouvait au-delà. Il avait vu une mort impie.

Il avait vu la mort, et celle-ci n’aurait pas dû le surprendre : il fut néanmoins scandalisé par ce qui sortit de sa boîte aux lettres vingt ans plus tard, entre les murs sanctifiés de son bureau et les frontières soigneusement définies, bien que de plus en plus fragiles, de sa vie d’adulte.

Wilson reprend donc sa recette habituelle, un évènement extraordinaire, et l’applique cette fois ci à l’univers de Spin. Contrairement au roman précédent, l’échelle de temps est très courte. Les pluies de cendres étant mêlées à une intrigue mettant en scène les Quatrième Age clandestin et la fascination d’une petite faction d’entre eux pour les Hypothétiques.

Un roman prenant mais qui n’a pas la portée de Spin, celui-ci se situant plutôt quelque part entre Ange Mémoire et Blindlake. L’attention portée aux personnages l’emporte toujours sur l’intrigue principale, l’univers n’est pas bouleversée mais des pistes sont lancées quant aux troisième tome : Vortex.

 

Au final, Axis se révèle une lecture agréable. Pas le meilleur Wilson, mais prenant et jouant avec l’univers de Spin de manière intéressante. Un très bon moment.