img100

- Ecoutez, dit Moite, je ne sais pas ce qui se passe ici, mais je n’y connais rien en distribution du courrier !

- Monsieur Moite, ce matin vous manquiez d’expérience pour faire un défunt, et pourtant, sans mon intervention, vous vous seriez quand même révélé un expert, lança le seigneur Vétérini, d’un ton cassant. Ce qui prouve qu’on ne sais jamais tant qu’on n’a pas essayé.

 

Albert Paillon est un escroc, capturé, emprisonné, jugé et condamné à mort. Las, le seigneur Vétérini à d’autres projets pour lui et après un merveilleux simulacre de pendaison, le voilà de nouveau en selle mais sous son véritable patronyme, Moite Von Lipwig, cette fois.

Sa mission relancer la poste d’Ankh-Morpork. Une institution vénérable tombé à l’abandon et dont les quatre précédents receveurs ont trouvés la mort au cours des cinq semaines précédentes…

Sans parler des deux employés actuels qui survivent dans les locaux délabrés, de l’ambiance inquiétante qui émane du bâtiment et de la concurrence du réseau de sémaphore (bien que lui-même croulant du fait des requins de la finance qui se le sont appropriés).

 

Bon dieux, la folie est contagieuse, songea Moite tandis que la lueur du golem sortait et disparaissait dans l’obscurité. Je ne suis pas le ministre des Postes, je suis un pauvre type victime d’une… expérience merdique. Tu parles d’une poste ! Tu parles d’un poste ! Quelle espèce d’homme mettrait un malfaiteur notoire à la tête d’un service essentiel de l’Etat ? En dehors de l’électeur moyen, disons…

 

Ce roman est très dense, à l’introduction du personnage d’escroc de Moite succède l’exposition de la situation actuelle de la poste et de ses causes, l’initiation de Moite à la confrérie postale, l'invention du timbre, les méfaits du capitalisme, la guerre entre la poste et le sémaphore, une romance, de l’héroïsme, la justice, des golems, les mages, l’usage du pouvoir selon Vétérini, le tout sur le fond habituel d’humour et de noirceur. Il est assez étonnant de voir autant de choses en aussi peu de pages. Pratchett signe ici un de ses meilleurs romans dans la lignée de ses meilleurs (La Vérité, Ronde de Nuit, Les Petits Dieux, Le Faucheur), toujours magnifiquement traduit Patrick Couton. Timbré est incontournable pour tout amateur du Disque Monde.

 

NB pour Nébal : et meilleur que Jeu de Nains. ;)

On aurait dit que quelque chose avec des griffes lui avait balancé une gifle, et seul l’épais manteau de son uniforme l’avait empêché de se faire ouvrir comme une palourde. Mais ça ne ressemblait pas à l’œuvre d’un vampire. Ils n’opéraient pas aussi salement. C’est un bon repas de gâché. Moite ramassa quand même un morceau de chaise fracassée. Elle s’était commodément brisée. Et l’avantage d’un pieu planté dans le cœur, c’est que ça ne marche pas seulement sur les vampires.