Profitant d’un week-end moins chargé pour Sophie, Yann nous a rejoint pour nous faire découvrir Ghost Stories. Premier constat, gérer les enfants et jouer est difficile, la prochaine rencontre ne pourra avoir lieu qu’un jour où ces derniers seront chouchoutés par leurs grand parents.

ghoststories1

Ghost Stories est une excellente surprise. Ce jeu de coopération est moins tendu que Novembre Rouge mais beaucoup plus chaotique que Chevaliers de la Table Ronde. Son seul défaut est qu’il est taillé pour quatre joueurs, même si jouer à trois est possible. 

Le seul se déroule sur une aire de jeu composé d’un village de neuf cases où les joueurs évoluent et de quatre plateaux (un par joueur) où les fantômes apparaissent. On dispose de trois dés pour affronter les revenants (cartes à tirer), le principe étant d’obtenir la même combinaison que la bestiole ciblée. On dispose de petits pions de couleurs (riz, encens…) pour augmenter son score ou utiliser le villageois de la case où l’on se trouve. Les créatures d’outre tombe de leurs côtés, volent des dés, viennent hanter le village, appellent des copains, lancent des malédictions… Le but est de casser de l’ectoplasme jusqu’à la venue du boss. La victoire s’obtient en éliminant celui-ci, la défaite intervient si tous les joueurs se sont fait étendre ou quatre tuiles du village sont hantées (en mode facile).

Il est amusant de voir la vitesse à laquelle les situations s’inversent dans un sens ou dans l’autre, à trois les situations les plus défavorables deviennent par contre difficilement gérables. Nous avons cumulés deux défaites consécutives… Un jeu très agréable avec un thème très bien rendu, je n’ai pu m’empêcher de faire « Ouhh » à chaque mouvement ou apparition d’un fantôme hanteur.

PC070007