img088

Avant dernier de la série 7 de Delcourt, ce tome voit un relèvement du niveau sans doute grâce à un nombre de pages plus conséquents (près de quatre vingt) et une phase d’exposition recrutement particulièrement longue et soignée (soixante pages).

Certains sont bien évidement plus fouillés que d’autre mais contrairement à Sept voleurs, ils ont tous une histoire et un passé. En plus d’une histoire de truands, on a une page d’histoire du Japon en filigrane avec les multiples évolutions du pays depuis le début du XXeme siècle, par contre essentiellement vu du point de vue mafieux.

L’intrigue principale et son dénouement ne sont pas particulièrement originaux mais cela est vite oublié du fait de l’attention accordée aux protagonistes et l’action menée tambour battant.

Sept Yakuzas est un bon moment, assez violent que je place dans mon trio de tête derrière Sept Missionnaires.