img057

Alors que Batman s'interroge sur ses relations avec le Joker, ce dernier réussit à s'évader de l'asile et entend démontrer par l'exemple qu'il suffit d'une sale journée pour rendre dément un individu stable. A cela sera greffé une série de flashbacks comptant a priori les origines du sinistre bouffon.

Si le scénario de Moore manque un peu d'inspiration, le trait de Bolland confère à l'ensemble un ton horrifique très réussi et efficace.
Un bon moment mais pas un grand scénario de Moore. Dans ses travaux mineurs je lui préfère Captain Britain, nettement plus inspiré.