51AcQHhKQAL

Lynx s’installa dans l’une des méridiennes. Steiner l’imita.
« C’était un gros bavard, finalement, ce brave Michel. Il a confirmé avoir supervisé l’achat des lots de Vx, comme vous le saviez déjà. »
Les deux hommes s’observèrent un instant.
« Effectivement, il a beaucoup parlé.
- Plus que toi, oui. Du Vx, bravo les gars. Encore un domaine dans lequel la chimie française est parvenue à briller. » L’agent mima des applaudissements.
Charles s’énerva. « Je ne trouve pas ça très drôle.
- Ah, toi non plus ? Voyons voir, est-ce que je me souviens de mes cours NBC ? C’est loin tout ça… Le Vx, incolore et inodore sous sa forme liquide pur, est un produit chimique découvert dans les années cinquante, par accident, en Angleterre si je ne me trompe pas, dans le cadre de recherches sur les insecticides, qui révéla très vite son potentiel stratégique. C’est, à ce jour, le neurotoxique militaire le plus efficace qui soit. […]
- Si ces idiots avaient été capables de le synthétiser correctement seuls, ils n’auraient jamais eu besoin de ces lots de référence. Tu comprends un peu mieux les raisons de tout ce bordel. A une époque où notre industrie pétrochimique est déjà sous le coup de plusieurs actions en justice, il est inutile de rappeler au bon souvenir de l’opinion publique cet épisode glorieux de son histoire passée.
- J’imagine que l’explosion de Toulouse n’arrange pas les choses. Notre affaire, étalée à la une, jetterait sur cette catastrophe un éclairage plutôt…
- Délicat ? Oui. Et il y a un autre problème. » Steiner soupira. « Nous pensons qu’une partie de l’exécutif américain pousse pour trouver une excuse qui justifierait une invasion de l’Irak. Ils savent que nous ne laisserons pas faire sans rien dire et comme nous siégeons au Conseil de sécurité de l’ONU… ils cherchent déjà à décrédibiliser notre parole par tous les moyens. Ils vont probablement faire sortir quelques histoires de corruption dans le cadre de Pétrole contre Nourriture. Parmi celles-ci, certaines concernent des personnes proches du sommet de l’Etat. »
Lynx ricana : « Avec des amis pareils, plus besoin d’ennemis. »

 

Début 2001, le régime Irakien s’affaiblit déjà et les tractations douteuses se multiplient.
Des terroristes islamistes réussissent ainsi à sortir du pays assez discrètement deux fûts d’armes chimiques, vendues par la France à l’Irak bien des années auparavant.
Tandis que ces armes commencent leur périple clandestin vers leur pays de création, les services secrets français finalement mis au courant commencent la traque…

Le renseignement français est une vaste nébuleuse que DOA présente très bien dans son roman (et dans l’annexe très pratique fournie avec), les services dépendant du Ministère de la Défense tente d’étouffer le scandale en agissant seuls et hors de leur juridiction… Ceux dépendant du Ministère de l’Intérieur tente de comprendre ce qui se passe et d’où provient cette hécatombe dans les rangs des islamistes français.

Deux ministères en concurrence, des services qui se tirent dans les pattes une fois sur deux, des factions au sein de ces mêmes services qui jouent des cartes personnelles. Cette affaire est un vrai bourbier compliqué par les attentats du 11 septembre, l’explosion de l’usine AZF et le début de la campagne présidentielle…
Au centre de cette intrigue trois personnages se croiseront : un agent infiltré parmi les islamistes soumis à une pression énorme, un agent clandestin opérant de manière musclée et une jeune journaliste découvrant peu à peu les enjeux et les dangers de cette affaire… 

Excellent thriller, dont l’intensité va crescendo, Citoyens clandestins se lit d’une traite. A lire de toute urgence !