02057566918

Et voici le prix Hugo 2006 : Spin.

Dans un futur pas si lointain, la terre est soudainement enveloppée d’une barrière l’isolant de l’univers. La vie restant encore possible sous un soleil artificiel. Commence alors pour Tyler Dupree, Jason et Diane Lawton une existence sans étoiles ni lune. Cette histoire nous est narrée par Tyler narrateur introverti qui assiste au évènement de manière clinique. Jason, génie sous la tutelle de son père, sera fasciné par le phénomène et oeuvrera pour le comprendre tandis que sa sœur Diane, en proie à une terreur profonde, cherchera des réponses du côté de la religion.

Les années passeront, les trois adolescents deviendront jeunes adultes quand la réalité de l’évènement d’octobre  les frappe de plein fouet.

 

Elle a serré sa parka sur ses épaules en frissonnant. Pas à cause de la température, juste parce qu’elle était arrivée à la question fondamentale :  « Combien de temps, Jason ? Combien de temps passe dehors ? »
Dehors, derrière le ciel vide.
Jason a hésité, manifestement peu disposé à lui répondre.

« Beaucoup, a-t-il admis.

- Dis nous, a insisté Diane d’une voix éteinte.

- Eh bien… Il y a toutes sortes de mesures. Mais au dernier lancement, ils ont fait rebondir un signal de calibration à la surface de la lune. La lune s’éloigne un peu plus de la Terre tous les ans vous le saviez ?  Très peu, mais c’est mesurable. En mesurant la distance, on obtient une espèce de calendrier grossier, de plus en plus précis au fur et à mesure que le temps passe. Si on ajoute cela aux autres données significatives comme le mouvement des étoiles proches…

- Combien de temps, Jason ?

- Il s’est passé cinq ans et deux mois depuis l’Evènement d’Octobre. A l’extérieur de la barrière, cela correspond à un peu plus de cinq cent millions d’années. »

 Un nombre à vous couper le souffle.
Je n’ai rien trouvé à dire. Pas un mot. Cela m’a laissé sans voix. Et sans pensées.
A ce moment là, il n’y avait pas le moindre bruit, rien que le vide acerbe de la nuit.

 

A ce rythme, la Terre assistera à la fin du Soleil dans cinquante ans… L’évènement devient alors le Spin.

Cinquante c’est encore loin et la panique ne prend que de manière insidieuse accroissement des mouvements religieux, de la criminalité… La société se maintient malgré tout et une solution ingénieuse voie le jour. S’il n’est pas possible de briser l’obstacle, il faut le contourner. Le décalage temporel devient un avantage dès qu’il s’agit de terra former Mars puis de la coloniser pour que l’humanité puisse continuer son existence ailleurs. Une humanité non soumise au Spin pourrait alors trouver une solution au cours des millions d’années s’écoulant pour sauver les terriens… Un faible espoir auquel s’accrocher.

Aussi quand Mars colonisée depuis à peine une année terrestre se voit à son tour entourée d’une barrière Spin, l’histoire de l’humanité amorce un tournant. 

Robert Charles Wilson présente ici un texte exceptionnel, passionnant et jamais ennuyeux. L’humanité face à une apocalypse molle… A travers le regard de Tyler, l’auteur nous présente toutes les facettes des réactions humaine : refuge dans la foi, renoncement, anarchie, détermination à trouver une solution, opportunisme. La narration alterne présent et passé, les évènements évoqués au présent étant explicités ensuite par la narration des souvenirs de Tyler.

Accrocheur, efficace, intelligent et accessible : une réussite indéniable.

 

Des gens plus jeunes que moi m’ont demandé : Pourquoi n’as-tu pas paniqué ? Pourquoi personne n’a-t-il paniqué ? Il n’y a pas eu d’émeutes, de pillages ? Pourquoi votre génération a-t-elle laissé faire, pourquoi vous êtes-vous tous laissés entrer dans le Spin sans même un murmure de protestation ?

Il m’arrive de répondre : Mais il s’est passé des choses terribles.

Il m’arrive aussi de répondre : Mais nous ne comprenions pas. Et qu’aurions-nous pu y faire ?

Il m’arrive aussi de répondre par la parabole de la grenouille. Lâchez une grenouille dans de l’eau bouillante, elle en sortira aussitôt d’un bond. Placez-la dans une casserole d’eau tiède que vous mettez à chauffer à feu doux, et la grenouille mourra avant de se rendre compte du problème.